AccueilFAQRechercherConnexionS'enregistrerMembresGroupes

Partagez | 
 

 [fanfic] Le défi des dieux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Belerianne
Guerrier Celeste
avatar

Nombre de messages : 302
Signe du Zodiaque : Scorpion ascendant Capricorne
Date d'inscription : 25/06/2005

MessageSujet: Re: [fanfic] Le défi des dieux   Lun 17 Oct 2005 - 14:36

- Les trois chevaliers dont tu m’as parlé on refuser l’honneur que je leur offrais de rejoindre le chevalier de la vierge dans l’Eden. Ils voulaient rejoindre leurs compagnons maudits.
« Jamais nous n’irons là-bas si nos amis son en train de subir mille tourment. Par respect pour eux nous devons endurer leur épreuve. Ceci est l’un des devoirs des chevaliers d’Athéna. »
Voilà ce qu’ils m’ont dit lors du jugement. Seul le chevalier de la 6éme maison a accepté de demeurer dans L’Eden, avec le droit de venir au royaume céleste.

Athéna reconnu bien là l’esprit d’amitié de ses chevaliers. Si l’un d’eux devait souffrir, alors tous souffriraient avec lui. Cependant, elle ne comprit pas la décision de Shaka. Certes il c’était trouvé un peu à l’écart des autres, mais il était resté, avec Dohko, un model de sagesse. La déesse resta perplexe, fixant Shaka, qui était comme toujours impassible. Elle savait, qu’il devait avoir une raison d’avoir fait ça.
Zeus s’approcha, et prit sa fille dans ses bras. Son étreinte était emplit d’une douceur et d’une protection paternelle. Il aimait sa fille, et il voulait le lui rappeler. Mais Athéna le savait déjà parfaitement, même s’il lui arrivait d’en douter. Puis ils s’écartèrent.


-Je n’aime pas te voir souffrir mon enfant. Mais les décisions que je dois prendre ne sont pas sans me toucher. Il y a toujours un moment où cela me fait de la peine d’enfermer un homme dans le Paradis des Héros déchus. Je pense que tu dois être très bien placé pour le savoir.
-Oui, je sais ce que c’est…

Ils se sourirent, puis Zeus se retira. Laissant sa fille seule pour discuter plus amplement avec son chevalier. Athéna se tourna de nouveau vers Shaka une fois que Zeus fut hors de vu.

-Oui, j’ai des explications à vous fournir sur ma décision… Au début je suis resté aux enfers, jusqu’à ce que le dieu du tonnerre vienne reprendre nos âmes. Je n’ai pas eu peur d’entrer au Paradis des Héros déchu, mais j’ai eu peur pour mes frères d’armes. Lorsque l’on m’a proposé l’Eden, j’ai accepter, mais pas pour le repos de mon âme. Je souffre déjà de savoir mes compagnons là-bas, cela me fait plus mal de les savoir là-bas que d’être avec eux… Mais lorsque j’ai appris que leur sort était d’aller là-bas, j’ai su que vous viendriez rechercher vos chevaliers. C’est pourquoi j’ai accepté l’Eden, pour vous venir en aide si vous veniez libérer vos chevaliers…

Cette nouvelle n’aurait pas pu faire plus plaisir à Athéna. Elle reconnaissait bien là le chevalier de la vierge. La déesse posa ses mains sur les épaules de Shaka :

-Je te remercie de tout cœur Shaka. Ta présences à mes côtés me rassure. Tu es bien digne de l’image que l’on te donne. Venir m’aider jusqu’ici…

Athéna était émue. Quant à Shaka il était heureux de la confiance et de l’amitié de la déesse à son égard. Soudain, ce fut Shun qui entra dans la pièce, ou plutôt Hadès.

-Alors ma nièce ? Heureuse de retrouver l’un de tes chevaliers hors du Paradis des Héros déchus ?
-Oui mon oncle. Mais ce n’était pas la peine que tu t’inquiètes pour moi.
-C’était juste une question de formalité.
-Je le sais bien mon oncle, tout comme ma réponse.

L’ironie transmit par les deux divinités était presque palpable par le gardien de la sixième maison. La présence du Seigneur Noir le mit d’ailleurs en méfiance, même s’il restait calme et impassible. Le dieu des enfers reprit :

-Andromède m’amuse beaucoup. Ca fougue à se débattre est impressionnante pour quelqu’un qui n’aime pas la combattre. Mais pas respect pour toi, et surtout pour sa détermination, je vais le laisser reprendre son corps un instant. Mais n’oublie pas, je suis toujours là, je peux donc reprendre son corps à tout moment.

Hadès se mit à rire, s’apportant la rancœur de ses interlocuteurs. Il avança entre ses deux compagnons. Puis le regard du chevalier se fit vide jusqu’à ce que ses yeux se ferme et que le corps commence à tomber. Athéna le rattrapa à temps. Elle allongea le corps sur l’un des bancs et vérifia s’il était toujours en vie. A son grand soulagement, il l’était.
Un petit instant passa avant que le chevalier de bronze n’ouvre les yeux et ne tourne le regarde vers les deux personnes.


-Athéna… Shaka…
-Je suis heureux de te revoir, chevalier Andromède.

Le chevalier de la vierge avait parlé franchement. Revoir l’un des chevaliers de bronze, l’un des « grand héros d’Athéna », lui faisait plaisir. Quant à la déesse, elle était à la fois soulagé et inquiète. Soulager de reparler à Shun, et inquiète de le voir si faible.

-Je suis également heureux de te revoir, chevalier de la vierge. Cela me rassur de savoir l’un d’entre nous auprès de notre déesse. (il tourna le regard vers le jeune femme)Athéna, surtout ne faite pas attention à ce que peut dire Hadès. C’est mon combat, pas le votre. Il est mon adversaire, concentrez-vous plutôt sur les autres. Lorsque le moment viendra, je le vaincrait afin qu’il puisse tous nous laisser en paix, et retourné aux enfers qu’il n’aurait jamais du quitter.
-Prend garde Shun, Hadès est très puissant. Il a un totale contrôle sur les âmes ! J’ai peur de ce qu’il pourrait te faire.
-Je connaît bien sa puissance, mais ne vous inquiétez pas pour ça. Je combattrai Hadès pour que vous puissiez aider les autres.

Shaka préféra rajouter quelque chose pour rassurer Athéna :

-Athéna, sachez que lors d’une possession, celui qui possède n’a pas le droit de tuer son corps ou d’endommager son esprit ou son âme. Sinon cela pourrait avoir de mauvais effets sur le possesseur. La mort du corps le tuerai aussi. Je ne crois pas qu’Hadès veuille mourir ou risquer de réduire sa force. Il gardera le chevalier d’Andromède le plus en forme possible.

Athéna se sentit quelque peu rassurée. Mais tous savaient bien, que s’il n’avait pas le choix, Shun se tuerai pour éloigner loin d’eux la menace que représentait Hadès.

-Athéna ? Je crois qu’Hadès est un peu en froid avec Perséphone ces temps ci. Mais je n’ai pas très bien compris pourquoi.

La déesse de la guerre comprit que Shun essayait de fournir des informations qui pourraient l’aider. Il était possédé certes, mais il pouvait connaître la situation d’Hadès en même temps. Si Hadès ne le savait, Shun lui, n’allait pas faire l’erreur de révéler ce qu’Athéna prépare.

-J’espère que vous êtes heureuse de retrouver les autres et l’un de vos chevaliers.
-Oui,, je suis très heureuse de les revoir, cela faisait si longtemps…

Les trois convives sourirent. Mais soudain, Shaka utilisa une de ses attaques sur Shun : Ablation des cinq sens. Soudain, Shun plongea dans un monde totalement silencieux. Andromède comprit très vite pourquoi mais préféra d’éviter d’y penser, pour ne pas alerter Hadès qui, il le savait, restait très attentif à la situation. Puis Shaka parla à Athéna :

-Pardonnez-moi Athéna, mais je préfère ne pas prendre le risque qu’Hadès m’entende. Je voulais vous dire que dans l’Eden, j’y est découvert un ancien chevalier qui pourrait sûrement nous aider. Son frère a été enfermé, comme nos compagnons, au Paradis des Héros déchu. J’aimerai savoir si vous accepteriez son aide.
-Bien sûr ! Toute aide est la bien venue. Je tâcherai de récompenser ce chevalier du mieux que je pourrais lorsque nous serons tous sortit d’ici.

Shaka acquiesça, puis rendit l’ouïe à Shun, qui c’était endormi. Ce débattre contre Hadès l’avait épuisé. Athéna se retira rapidement, laissant Shaka s’interroger sur son départ précipité. Quelques minutes plus tard, elle revint aux côtés d’une amie :

-Shaka, voici Déméter.
-C’est un honneur de vous rencontrer.

Shaka s’inclina face à la nouvelle arrivante. Déméter lui sourit.

-Je suis heureuse de vous voir bien portant, chevalier de la vierge.
-Ma tante ? J’aimerai que tu veilles sur le chevalier Andromède. Hadès l’a libéré de son emprise juste pour que nous lui parlions un peu. Cependant j’aimerai retourner au Paradis des Héros déchu avec Shaka. Souhaiterai y vérifier quelque chose, mais je ne tiens pas à faire subir une nouvelle épreuve à Shun en le faisant retourner là-bas.
-Je comprends. Ne t’inquiète pas, je prendrais soin de lui jusqu’à ton retourne.

Les deux déesses se saluèrent, puis Shaka salua la déesse surveillant les récoltes avant de suivre Athéna jusqu’à son père. Une fois le chevalier et sa nièce hors de vue, Déméter souleva le corps du chevalier d’Andromède pour le porter jusqu’à ses appartement, afin que personne ne vienne troubler le repos du chevalier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Belerianne
Guerrier Celeste
avatar

Nombre de messages : 302
Signe du Zodiaque : Scorpion ascendant Capricorne
Date d'inscription : 25/06/2005

MessageSujet: Re: [fanfic] Le défi des dieux   Lun 17 Oct 2005 - 14:36

Athéna et Shaka étaient face au dieu des dieux. Etant dans la salle du trône, ils s’étaient agenouillé face au dieu assit sur son siège divin.

-Je viens humblement devant vous pour vous demander la permission d’entrer au Paradis des Héros déchus avec le chevalier de la vierge.
-Vous pouvez vous y rendre, vous avez mon autorisation. Laissez moi simplement vous en ouvrire les portes.

Le dieu du tonnerre s’était levé puis vint prendre sa semblable par les mains, piégeant le chevalier d’or entre les deux divinités. Quelques seconde suffirent pour que les trois personnes se retrouve devant l’Ultime Porte. La père et la fille se lâchèrent les mains, et les trois individus se tournèrent vers l’entré du paradis maudit. Shaka gardait toujours ses yeux fermé. De nouveau, Zeus tendit la main pour que le symbole ancestral se forme, puis le portail fut ouvert. Zeus se tourna vers sa fille.

-Je reviendrez fermer le portail lorsque tu sortira. Je te laisse y rester autant de temps que tu voudras, vous serez les seuls à y entrer.
-Merci père.

La déesse s’inclina avant que la fille et le père s’échangent un sourire. Puis Zeus disparut, laissant Athéna et Shaka entrer.
Pour la seconde fois, Shaka ouvrit les yeux. Le spectacle ne paraissait pas l’impressionner. Il avait déjà vu les Six Enfers, bien que ces lieux lui semblaient pire que les Six Enfers. Aucune âmes ne semblait se voir entre elles. Athéna avait courut vers un chevalier en particulier : Seiya. Il était toujours au même endroit que la dernière fois. Et comme précédemment, elle posa ses mains sur son visage.
Shaka, lui, était resté au même endroit, où il c’était assit en position de méditation. Son cosmos s’amplifia très vite. Même Athéna, profondément captivé par la vue de son cher chevalier, tourna la tête pour observer le chevalier de la vierge. Le chapelet, qu’il avait lorsque Saga, Camus et Shura l’avaient combattus, se matérialisa dans sa main. Toutes les âmes avaient tourné la tête vers le chevalier de la vierge. Son cosmos si pur et calme, pouvait presque égaler celui d’Athéna. Soudain, douze chevaliers d’or s’approchèrent de leur semblable. Athéna se releva et observa tout ses chevaliers, elle était si émue de voir tout ses chevaliers réunis autre de Shaka.


-Shion, Mu, Aledébaran, Saga, Masque de Mort, Dohko, Milo, Camus, Shura, Aphrodite, Aior et Aioros…

Elle avait du mal à y croire, mais Shaka avait bel et bien réunis tout ses anciens compagnons autour de lui. Il usa alors de l’un de ses dons pour leur rendre leurs cinq sens, dont Zeus les avaient privé. Tout les chevaliers observèrent les environs, comme s’ils s’éveillait d’un long sommeil de plusieurs années. En voyant leur déesse, les douze chevaliers s’inclinèrent face elle. Athéna les pria de se relever. Ce fut Aioros qui parla le premier :

-Athéna, c’est un plaisir et un honneur de vous revoir. Shaka, je te remercie de ce que tu viens de faire, car je me doute bien que c’est toi qui nous a rendu nos sens.
-Chaque chevaliers d’ors ce doit d’aider ses compagnons, ce fut un plaisir.

Puis se fut Shion qui parla :

-Athéna, je pense que nous vous devons des explications…
-Non, Shion. Vous avez pas à vous justifier. Shaka m’a expliqué sa décision, et en me rappelant de ce qui unis les chevaliers, j’ai pu comprendre votre décision. Vous avez tellement fait pour moi jusque là, à présent c’est à moi de vous aider. Je ne supporte pas de vous voir ici, je ferait tout ce qui est en mon pouvoir pour vous ramener sur terre.

Les chevaliers d’ors reconnaissaient bien là la bonté et la sensibilité de leur déesse. Soudain elle ressentit derrière elle quatre présence qui l’entourait. Elle tourna la tête pour apercevoir les quatre chevaliers de bronze observer la scène. Leur regard était toujours aussi vide. la voix de Seiya retentit en écho dans l’esprit des personnes présentes :

-Athéna… Nous autre chevalier d’or et de bronze nous vous resterons toujours aussi fidèle… Nous savions que vous alliez venir. Alors sachez que nous serons près à tout pour vous aider. Bien que nous ne soyons plus que des âmes, nous saurons vous aider dans l’épreuve qui vous opposera aux vôtres.
-Les dieux sont puissant, et nous devrons sûrement leur faire face, même à ceux que nous avons déjà vaincu. Mais nous saurons égaler le pouvoir des dieux, surtout si vous restez de notre côté.
-Seiya… Ikki…

La déesse était émue par la solidarité de ses chevaliers. Les quatre chevaliers de bronzes rejoignirent les chevaliers d’ors. Contrairement à ces derniers, les chevaliers de bronze semblaient être rester les mêmes âmes errante que lors de l’arrivé d’Athéna. Mais elle savait bien que c’était le cas, seulement, la puissance initial de leur cosmos leur permettait d’être vaguement conscient et de communiquer même dans la mort. Athéna était aussi très heureuse de savoir ses chevaliers avec elle, et même s’ils n’en avaient rien dit, elle savait qu’ils contribuerait aussi à faire sortir les autres chevaliers. Athéna s’approcha un peu d’eux, puis s’assit au sol, pour pouvoir parler avec eux.

Pendant ce temps, Déméter veillait sur Shun. Le chevalier d’Andromède était toujours endormis, alors que la déesse observait au travers d’un miroir les récoltes humaine. Soudain, une homme entra dans la pièce. Déméter se retourna et fut extrêmement surprise de voir le nouvel arrivant. Grand et imposant l’homme vêtue d’un habit noir était très beau, il ressemblait un peu au chevalier d’Andromède. Mais son cosmos était incommensurable, divin même, un visage calme :


-Hadès ? Mais et le chevalier Andromède ?

En effet, le dieu des enfers avait repris son corps divin. Son expression calme et posé aurait pu surprendre quelques qui ne l’aurait pas connu. Il avait de long cheveux sombre et des yeux vert foncé. Contrairement à ce qu’on aurait pu croire, l’Empereur noir était très charismatique. Sa voix fut profonde, voir froide :

-Ne t’inquiète pas Déméter, je n’en ai pas fini avec lui.

Hadès commença à s’approcher du chevalier, mais la déesse surveillant les culture s’interposa. Son expression et sa voix fut autoritaire :

-Ce chevalier est sous ma protection tant qu’Athéna ne sera pas revenu du Paradis des Héros déchu. Je t’interdis donc de l’approcher.

Le visage d’Hadès se fit plus stricte.

-Andromède est mon corps mortel, j’ai donc des droits sur lui. Les hommes ne sont là que pour être les jouets des dieux.
-Tu as vraiment des idées aussi stupide que tu es sombre.

Hadès ne dit rien, il se contenta de montrer son mécontentement sur son visage. Il se retourna, mais dit avant de partir :

-Ce n’est que partie remise. Qu’il soit sous ta protection ou celle d’Athéna, je n’en ai pas fini avec ce chevalier. Et même si j’ai repris mon corps, cela n’empêche pas d’avoir un contrôle sur son âme…

Puis il s’en alla, laissant Déméter réfléchir à sa menace. La déesse se tourna vers le chevalier et l’observa, plongée dans ses pensées.

« Ces pauvres chevaliers ne pourront-ils jamais être en paix ? Tant de combats acharnés afin de maintenir la paix sur la Terre. Et au final quel est leur récompense ? Être maudit dans la mort… Je ne comprend pas pourquoi… »

La déesse soupira et repartit à la contemplation de la Terre. Cependant, quelqu’un d’autre entra, deux personnes. Déméter se retourna de nouveau et fut soulagé de voir ses deux visiteurs :

-Athéna, Shaka. Je suis heureuse de vous voir si calme. Une bonne nouvelle sûrement ?
-Oui, j’ai pu parler à mes chevaliers, cela m’a beaucoup rassurée. J’ai pu les entendre dire d’eux-mêmes que quelque soit leur état, ils nous aiderons à rejoindre la Terre.
-Je suis heureuse de l’apprendre.
-Cependant…
-Oui ?
-Je viens de croisé Hadès qui sortait d’ici, il paraissait fâché. Andromède l’aurait-il rejeté de son corps ?

Déméter soupira, fermant les yeux. Elle resta silencieuse pendant un moment où l’inquiétude d’Athéna se fit sentir. La déesse protectrice des culture r’ouvrit les yeux et avoua :

-Hélas non. Hadès est sortit de lui même du corps de ton chevalier. Cependant il est revenu ici pour le reprendre. Je l’en ai empêché, mais il m’a dit que ce n’était partit remise. J’ai peur de ce qu’il pourrait lui faire. Il à mentionné son pouvoir de contrôle des âme, et cela ne présage rien de bon je le crains.

Andromède s’agita doucement, puis sa voix faible appela :

-Athéna…
-Je suis là Shun.

Le chevalier ouvrit doucement les yeux et tourna la tête en direction de sa déesse :

-Si Hadès est partit de mon corps, c’est uniquement parce qu’il à réalisé qu’il se saurait rien sur vos plan par mon intermédiaire. Mais ce n’est pas pour autant qu’il me laissera en paix. Je vous en prix Athéna, ne risquait rien qui pourrait déplaire aux votre par ma faute. Si Hadès me veux, laissai le faire, je m’en occuperai.

Athéna et Shaka reconnurent bien là l’esprit de sacrifice et de protection de Shun. Tant pis si lui risquait sa vie, si cela pouvait aider et sauver celle des autres. Cependant, Athéna n’aimait pas savoir l’un de ses chevalier en danger, mais là elle n’avait pas trop le choix. Elle ne pouvait rien faire, mais peut-être quelqu’un d’autre :

-Shaka, ne peux-tu rien faire ?
-Ne crains que non. Je peux montrer ce que les hommes ne voit pas, mais je ne peux rien faire pour protéger une âme.
-Athéna, intervint Déméter, ton spectre de la Terre, ne protège-t-il pas des malédiction ?
-Il défait les malédiction et le bouclier de mon armure dévie le mal, mais je ne sais pas si je peux l’en protéger. Mais je peux essayer !

Déméter sourit, heureuse de pouvoir l’aider. Le sceptre de la Terre apparut dans la main de la déesse des Arts et de la Guerre et son cosmos s’intensifia, emplissant toute la pièce. Shaka et Andromède furent heureux de ressentir ce si doux cosmos. Athéna avança puis toucha Shun à la poitrine avec son sceptre. Son corps fut enveloppé par le cosmos doré de la déesse. Shun eu l’impression de quitter l’espace et le temps des appartement de Déméter, simplement entouré d’une puissance chaude et apaisante. Pendant un moment, il eu l’impression que cette douce énergie venait envelopper son cœur et son corps. Puis il revint dans l’espace et le temps, retombant dans le lit où Déméter l’avait installé. Le cosmos d’Athéna retomba :

-Je pense que cela réussira à le protéger jusqu’à un certain point. Assez longtemps pour qu’Hadès abandonne j’espère.

La faible et calme voix de Shun s’éleva :

-Athéna, c’est un honneur de bénéficier de votre protection. Je vous jure que quoi qu’il puisse m’arriver, je combattrai pour vos idées jusqu’au bout. Comme mes compagnons et les chevaliers d’ors qui continuent à ce battre pour vous même dans leur mort. Même si Hadès devait me contrôlés, je continuerai de vous protéger et vous aidé, quelque soit les moyens… Même si je devait le tuer. Notre honneur et notre fierté est de combattre pour vous…

Shun, qui était retombé dans l’inconscience, avait choqué ses interlocuteurs. Il avait laissé transparaître la rancœur qu’il avait envers l’Empereur noir. Le chevalier d’Andromède était-il capable d’haïr autant quelqu’un, au point de pouvait aller jusqu’à le tuer ? Lui qui était si pacifique, était-il vraiment capable de vouloir faire ça de lui même ? A moins qu’Hadès avait reprit le corps de Shun et essayait de se faire passer pour lui. Ca paraissait impossible, puisqu’il avait reprit son corps divin, mais rien n’était moins sûr…

Fin de la 4éme partie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Belerianne
Guerrier Celeste
avatar

Nombre de messages : 302
Signe du Zodiaque : Scorpion ascendant Capricorne
Date d'inscription : 25/06/2005

MessageSujet: Re: [fanfic] Le défi des dieux   Lun 17 Oct 2005 - 14:37

5éme partie : Secret des armures et formation des camps

Plusieurs jours avaient passés. Shun était de nouveau en pleine forme et n’avait plus une seule fois émit la menace de vouloir tuer Hadès, bien qu’il restait distant et amer. Athéna avait revue et discuté avec tous ses pères, riant avec eux de bon cœur, bien qu’elle resta distante avec Hadès. Abel ne quitta sa chère petite sœur que rarement, trop heureux de la retrouver parmi eux. Athéna et ses deux chevaliers étaient retournés de nombreuse fois au Paradis des Héros déchus afin de savoir comment ils feraient pour partir du Royaume Céleste sans trop de dommages. Pour ce faire, ils avait aussi parlé aux divinités qui approuvés les idées d’Athéna.
Tout avait l’air de très bien ce passer, la vie au royaumes des dieux se déroulant comme si aucun événement particulier n’allait se passer. Tout paraissait calme, trop calme même… Mais un jour, Hadès prit audience auprès de son frère Zeus :


-Mon frère, j’aimerai te parler d’un affaire très importante.
-De quoi s’agit-il ?
-C’est au sujet du retour d’Athéna parmi nous. Je crains qu’il ne soit pas aussi… pacifique, qu’elle ne laisse le croire.

Hadès avait prit le temps de trouver son mot et avait bien insisté dessus : pacifique… Zeus s’assit sur son trône, toujours visiblement aussi calme et serein, cependant il soupira. Le dieu de la foudre se frotta le front, comme réfléchissant ou s’il s’ennuyait, puis répondit d’une voix lente :

-Je sais mon frère… Je sais… Athéna n’approuve pas du tout le fait que j’ai maudis ses chevaliers. Elle est plusieurs fois venue me voir à ce sujet, pour essayer de me faire revenir sur mon jugement. Mais je ne cède pas. Je sais pertinemment qu’elle ne me le pardonne pas. Aussi ne m’étonnerai-t-il pas qu’il est quelques… conflits.

Zeus n’avait même pas regardé son interlocuteur lorsqu’il lui répondit, ses yeux bleu d’azur regardant vaguement une autre direction. Hadès fut surpris d’entendre les paroles de son frère. S’il était au courant, pourquoi n’avait il rien fait ? Etait-il si attaché à sa fille pour la laisser faire ce que bon lui semblait au Royaume Céleste ? Hadès fixa le symbole du soleil d’or sur le front de son frère, symbole porté depuis toujours par le souverain des dieux. Celui qui signifiait la puissance, la lumière permettant de conduire au droit chemin. Le sombre Hadès ne pouvait rester silencieux face à l’impassibilité de son frère envers les événements :

-Laisserais-tu Athéna souiller le Royaume Céleste par une guerre, sous prétexte qu’elle est ta fille ?!

Le regarde pénétrant de Zeus se fixa sur son frère. Son ton fut dur :

-Me crois-tu inconscient à ce point ? Bien sûr que je ne laisserai pas ma fille faire ce que bon lui semble ! Mais tes paroles me donne la preuve que tu es partie bien longtemps du Royaume Céleste s’en t’informer de sa situation. Depuis qu’Athéna protége la Terre, il c’est créer des clans de dieux. Je n’ai que trop longtemps usé de mon autorité de Maître des dieux pour maintenir une telle « paix » entre nous. Une guerre divine, avec ou sans la présence d’Athéna, aurait fini par éclater un jour ou l’autre.

Hadès fut abasourdi d’entendre de tels paroles. Le Royaume Céleste avait-il tant changé ? Les dieux c’étaient-ils vraiment tellement écarté des uns et des autres ? Il y a plusieurs années, voir des siècles, une telle situation lui était totalement impensable. Mais s’il avait bien appris une chose lors de sa lutte contre Athéna aux Enfers, c’était que personne ne restait sur ses idées et que chacun avait sa propre raison pour être dans un camp ou un autre. Les dieux ne faisait visiblement pas exceptions à cette règle…
Reportant, son regard sur son frère, Hadès remarqua que ce dernier avait fermé les yeux juste à ce moment là. Le Seigneur Noir l’imita donc, mais il ne savait pas ce qu’il devait écouter. Oui, Zeus lui demander d’écouter, d’entendre. Seul un profond silence régnait en maître sur les lieux. Cependant, quelque chose, une sensation, traversa le corps et l’esprit d’Hadès. Puis vint un son, quasi imperceptible, une vibration. Au fur et à mesure qu’il se concentrait, il entendit, et ressentit, ce son avec de plus en plus d’intensité. Alors qu’il pensait savoir d’où le son provenait, une image très net passa en un éclaire dans son esprit :


-Mon armure céleste !

Hadès avait brusquement rouvert les yeux. Zeus les avaient déjà rouvert les siens, son coude sur les accoudoirs de son trône, sa tête reposant contre sa main. Il n’avait pas dit mot ni fait un geste, mais Hadès sut qu’il avait approuvé son exclamation. L’Empereur Noir n’avait plus aucun doute sur l’éminente venue d’une guerre. Les armures célestes c’étaient réveillées ! Et jamais elles ne l’auraient fait sans l’approche d’un conflit. Etrangement, un sourire de satisfaction s’afficha sur le visage d’Hadès. Unr guerre divin, voilà une excellente opportunité pour pouvoir prendre sa revanche sur Athéna et ceux qui l’avait offensé. Cependant il n’en dit rien, car un nouvel arrivant fit son entré. Les mains cloquées, la peau mat, le corps déformé, le regard et les cheveux noir et l’air abrupte, Héphaïstos le Forgeron venait de faire son entré. Il s’agenouilla face à son chef et son frère. Sa voix fut sec et ronchonne :

-Maître, j’ai ressentit le réveille de mes armures…

Zeus haussa un sourcil, sa tête toujours posé sur sa main, comme s’il s’ennuyait. Héphaïstos ne prêta pas attention à ce détail mais justifia ses dires face à l’interrogation muette de son supérieur:

-Je suis le gardien de ces armures, ainsi que leur créateur. Je ressent toute modification de leur état. Elles ont dormies des milliers d’années et depuis peu je les sens qui se réveillent. Maître cette avertissement ne veut dire qu’une seul chose : qu’une guerre éclatera. Je tenait à vous signaler que si elle éclate entre nous, c’est une guerre perdu d’avance ! Si deux dieux venaient à s’affronter, vêtus de leur armure, cette bataille continuerai éternellement.
-Et pourquoi cela ? N’ai-je pas réussit à vaincre mon père ?
-Vous l’avez enfermé, pas tué ! Vous n’auriez pas pu, surtout avec vos armures ! Maître, les armures célestes sont les plus résistantes que je n’ai jamais conçu, même les armures de bronze aujourd’hui béni par le sang d’Athéna ne peuvent les égaler. Chacune d’elles à une vie propre et ses propres facultés. Malgré leur résistance aucune n’est pareil, ces armures réagissent en fonction de son porteur. Et si chacun veut vaincre l’autre alors il n’y a que deux issues : Une guerre infinie, ou l’annihilation des porteurs et de la galaxie les abritant. Je vous en prit n’ayez pas cette folie ! Cependant j’ose espérer que ce sera une guerre où tout les dieux s’uniront pour protéger la Terre et non une guerre entre nous…

Zeus était resté impassible face à ce discours de recommandation. Il n’avait que faire des avertissements du Forgeron, si une guerre devait éclater entre les dieux, alors elle éclatera ! Mais si Héphaïstos c’était déplacé de ses forge pour prodiguer de tel conseil c’est qu’il avait ses raison. Après tout, qui mieux que lui, le propre créature de ces armures, pouvait connaître leur potentiel. Mais Zeus s’en contrefichait, et il lui fit savoir :

-Je n’ai que faire de tes avertissements ! Si une guerre doit éclater au Royaume Céleste, alors elle éclatera. Qu’importe ce que tu peux en penser, tu n’es que le forgeron de ces armures. Alors occupes t’en, toi qui est le seul à savoir où elles son entreposé, et ne vient pas te mêler des affaires des dieux !
-Bien Maître.

Le ton qu’avait prit le Forgeron était celle d’une colère dominé, puis il se retira. Héphaïstos était furieux de la manière dont Zeus venait de le traiter et dont il avait parlé du joyau de sa fabrication. Cela faisait trop longtemps qu’il le subissait, il avait beau être son père, Zeus n’avait pas le droit de lui parler de la sorte. Le Forgeron repartit alors dans ses forges, sans prêter attention à l’homme qui avait observé ça discussion avec le dieu du tonnerre, et qui était déjà là à son arrivé. Un homme aux cheveux et regard bleu et vêtu de rouge, c’était Abel...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Belerianne
Guerrier Celeste
avatar

Nombre de messages : 302
Signe du Zodiaque : Scorpion ascendant Capricorne
Date d'inscription : 25/06/2005

MessageSujet: Re: [fanfic] Le défi des dieux   Lun 17 Oct 2005 - 14:39

Dsl, la fic de Shakou m'a rappelait que j'avais oublié de vous donner la suite que j'avais faite Mr. Green

Bon j'en ai écrit un peu plus depuis ce passage, mais je préfère finir le chapitre avant de donner la suite Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Virgo No Shaka
Chevalier d'Or de la Vierge Etre le plus proche de Dieu
Chevalier d'Or de la Vierge Etre le plus proche de Dieu
avatar

Nombre de messages : 759
Age : 32
Signe du Zodiaque : Vierge : le plus noble et pur ^^
Date d'inscription : 11/05/2005

MessageSujet: Re: [fanfic] Le défi des dieux   Mar 18 Oct 2005 - 9:37

je suis content de t'avoir fait pensé a nous donner la suite de ta fic. On l'attendait avec impatience. Je la lirai durant le semaine chaque fois ke je le pourrai (eh oui utiliser l'ordi du bahut c bien ms des fois y a cours qd meme lol )

_________________


Virgo No Shaka
"L'Histoire est comme une valse sans fin dont les trois temps, la guerre, la paix et la révolution, s'enchaineront à jamai
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Belerianne
Guerrier Celeste
avatar

Nombre de messages : 302
Signe du Zodiaque : Scorpion ascendant Capricorne
Date d'inscription : 25/06/2005

MessageSujet: Re: [fanfic] Le défi des dieux   Dim 23 Oct 2005 - 20:12

Abel était de retour auprès d’Athéna. Ils se sourient avant qu’il ne lui raconte ce qu’il avait entendu. La déesse soupira :

-Alors père est au courant. Cela ne m’étonne guère, nos armures ce réveillent, et Hadès aurait pu lui dire bien plut tôt.
-Nous avons tout de même pu prendre un peu d’avance sur lui.

Athéna resta un instant pensive. Ses chevaliers restaient en retraite, silencieux. La chose les concernait mais cela était d’abord une affaire divine.

-Tu me dis qu’Héphaïstos est furieux de son entretien avec notre père ?
-Oui, il est très contrarié de la manière dont il lui a parlé et surtout qu’il n’est pas prit garde de ses avertissements au sujet de nos armures.
-Cela pourrait nous être très utile.

Athéna se tourna vers ses chevaliers et les invita d’un geste à s’approcher. Shaka et Shun obéir et vinrent au côté de leur déesse.

-Shaka, Shun, j’aimerai que vous vous présentiez à Héphaïstos en mon nom. Dit-lui que je comprend et tiens en compte ses avertissement à propos des armures céleste. Essayez de le convaincre de ma bonne foi. Pour le reste, je vous fais confiance, vous savez ce que vous avez à faire. De plus, vous en savez beaucoup sur les armures, je ne m’inquiète donc pas quant à l’accomplissement de votre mission.

Les deux chevaliers acquiescèrent. Abel les aida en affichant dans leur esprit le chemin qui conduit aux forges. A partir de là, les deux chevaliers se dirigèrent vers leur mission.

Durant le trajet, le chevalier de la vierge n’avait toujours pas ouvert les yeux. Ce contentant de suivre le chevalier Andromède grâce à sa perception des présences. Ils arrivèrent aux forges au bout d’un moment. La chaleur était très intense, manquant de les faire suffoquer. Une voix dur s’éleva :


-Qui se permet de s’inviter dans mes forges ?

Ce fut Shaka qui répondit :

-Nous sommes deux chevaliers d’Athéna, et nous venons vous parler en son nom.
-Je n’en ai rien à faire, qu’elle retourne auprès de papa !
-Elle comprend vos avertissement au sujet des armures, et nous aussi. Intervint Shun.

La silhouette du dieu Forgeron apparut, puis il fut face à eux. Son air méfiant, allié à son visage abrupt le rendait peu sociable, mais cela n’intimida pas les chevaliers.

-Alors comme ça vous pouvait comprendre que ces armures son aussi de vrai armes ?
-Nous même nous ne connaissons pas les propriétés de ces armures, mais nous savons qu’une armure est comme un être vivant. Une armure a sa propre conscience, elle suit l’évolution de son porteur.

Le visage du Forgeron s’illumina aux paroles de Shun. Il rencontrait enfin quelqu’un qui respectait son travail et qui ne prenait pas les armures pour de simple bout de métal. D’un geste de la main, il invita les deux chevaliers à le suivre. Ils l’accompagnèrent jusque devant une immense porte de métal lourdement gardée, non pas par des gens, mais par des sortilèges divins dont Shaka pouvait percevoir l’aura. Ce n’était pas autant cela qui le troublait, mais la force qu’il ressentait derrière ces portes. Une puissance incalculable, bien plus puissante que celle des dieux…

-C’est derrière ces portes que sont entreposées les armures célestes, en compagnies d’autres armures de ma création.
-Vous êtes le créateur de nos armures d’or et de bronze n’est-ce pas ? Demanda Shaka
-C’est exacte. Tout comme c’est moi qui ai transmis au peuple de Mü le secret pour les réparer. Le reste, je voulait que leur porteur le découvre par eux-même.
-Le fait qu’elles aient besoin de sang pour revivre et évoluer n’est-ce pas ?
-C’est exacte.

Le Forgeron se tourna vers Shun et Shaka pour regarder leur armures. Un sourire ce dessina sur son visage, ce qui lui donnait un air un peu effrayant malgré la douceur qu’il voulait faire paraître :

-Je suis heureux de voir que vous ne faites qu’un avec vos armures. Surtout toi Andromède. Le fait que la kamui d’Andromède ce réveil pour venir protéger son représentant est un signe. Les kamuis ne s’éveille que lorsque les chevaliers de leur étoile se révèle avoir entre autre compris l’importance et la vie propre d’une armure. Ho bien sûr il faut aussi que le chevalier soit très puissant pour la porté mais ça n’est presque que secondaire.

Le Forgeron se tut, puis se retourna subitement pour ouvrirent les deux portes géant comme s’ils n’avaient jamais eu cette discussion. Après êtres entrée, suivit de Shun, Shaka ouvrit les yeux pour contempler les armures des dieux. Une énergie inimaginable, presque insoutenable se dégageait de chacune de ces armures. La beauté de ces dernières étaient indiscutable . Shun fut même surpris de voir sa kamui, et celles de ses compagnons, entreposé aux côtés de celles des Dieu. Quant à Shaka, il fut surpris de voir qu’une kamui avait aussi était faite pour chaque chevalier d’or et même plus. Il observa celle de la vierge. La kamui de Shun et Shaka réagirent à leur présence.

-Augmentez votre cosmos et prouvez leur votre sagesse. Vous verrez qu’elles viendrons à vous.

Les deux chevaliers obéirent au dieu des forges et augmentèrent leur cosmos. Il ne fallut pas longtemps pour que les kamuis réagissent. Très vite, l’actuel armure de Shun céda sa place à la kamui. Shaka aussi fut également recouvert de celle qui lui était déstiné. Les deux chevaliers ressentirent alors la puissance et l’esprit propre de leur armure. Ce fut comme si une autre personne était présente à leur côtés. Soudain, Shun qui étouffait presque dans la chaleur des forges, sentit la fraîcheur couler sur lui au niveau de chaque partie de son corps couvert de l’armure. Il se sentit soudain mieux, il remercia intérieurement sa kamui, car il savait que c’était elle qui faisait ça. Quant à Shaka un vent de paix et de calme souffla autour de lui, car il devait bien s’avouer que le fait de ne pas avoir accompagné ses compagnon au paradis maudit le torturait. Son armure retirait ses doute, lui montrant la sagesse de son choix.

-J’avais oublié à quel point il était agréable de porter ces armures. Lorsque j’était aux enfers je n’ai pas eu l’occasion de le ressentir.
-Seul 19 kamui on étaient créé, 12 pour les chevaliers d’or et 5 pour les élus d’Athéna. Elles sont l’égale des armures céleste. L’efficacité des armures est déterminé par la volonté et le courage de son détenteur. Alors si chaque dieu veut défaire l’autre, la guerre n’aura jamais de fin !

Shaka se rendit compte qu’Héphaïstos avait omis de parler des deux armures restantes de son compte. Qu’avaient-elles pour qu’il n’en parle pas ? Mais Shaka préféra ne rien dire et laissa Shun parler :

-Ne vous inquiétez pas. La volonté et le courage diffère en chacun de nous. Il y aura donc toujours quelqu’un pour vaincre. Nous, chevaliers d’Athéna, vaincrons les dieux qui menace la paix du monde, quelque qu’en soit le prix.
-Cependant vous devez savoir une chose. Les dieux ne peuvent pas mourir. Même si vous tuez leur corps divin, leur esprit reste présent et chercherons un nouveau corps. Je crois, chevalier Andromède, que vous en avez déjà fait la mauvaise expérience.

Shun resta un instant muet, son regard emplit d’une colère contenu. Dans sa voix on pouvait entendre sa haine maîtrisé :

-C’est exacte, et cela je ne lui pardonnerai jamais. Je tuerai son corps céleste si cela peut l’empêcher de nuire à la planète, et je l’empêcherai de me reprendre. Je trouverai bien un moyen d’emprisonner son esprit, tout comme celui de Poséidon l’a un jour été. Et si je peux détruire son esprit, je m’en ferai un plaisir.

Héphaïstos fut surpris d’entendre une tel rage dans la voix du chevalier qui était réputé être le plus pacifique. Mais il pouvait le comprendre. Shaka aussi fut quelque peu inquiet pour Andromède en l’entendant proférer de telles menaces.

-Prend garde Andromède, de telles pensées et menaces ne sont pas dignes d’un chevalier. Votre kamui pourrait vous abandonner pour ça. Cependant j’ai confiance en vous et en Athéna. Je connais vos exploits et quelqu’un qui connais l’importance et le rôle de son armure peut vaincre un ennemie qui ne sais rien de son armure.

Héphaïstos ressortit de la salle, suivit des chevaliers qu’il accompagna jusqu’à la sortie. Avant de les quitter il leur annonça une dernière chose :

-Dite à Athéna que je m’occuperai particulièrement de son armure, ainsi que celle de ses alliers. Et je crois que pour passer inaperçu, vous devriez me rendre vos kamui pour le moment.

Le Forgeron eu un clin d’œil, et les kamuis se détachèrent du corps de leur porteur. Shun retrouvant son armure de bronze. Les deux chevalier saluèrent leur hôte avant d’en prendre congé pour retourner auprès d’Athéna. Ils ne sauraient dire pourquoi, mais ils avaient l’intuition que le forgeron ne ferai pas que « s’occuper » de l’amure d’Athéna et ses alliers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Belerianne
Guerrier Celeste
avatar

Nombre de messages : 302
Signe du Zodiaque : Scorpion ascendant Capricorne
Date d'inscription : 25/06/2005

MessageSujet: Re: [fanfic] Le défi des dieux   Dim 23 Oct 2005 - 20:13

Athéna et Abel étaient face à l’un de leur semblable. Une chevelure et regard d’un rouge sang, un visage marqué par une cicatrice près de son œil gauche, des vêtements évoquant une tenue de combat, Shaka et Shun écoutèrent la conversation déjà commencé :

-Ares, nous avons vraiment besoin de ton aide, rejoins nous s’il te plait. Ton aide serai précieuse et je m’efforcerai de te récompenser au mieux.
-Je t’en pris Ares. Renchéris Abel.

Le dieux de la guerre soupira, amusé. Puis sa voix grave retentit :

-Bien, j’accepte, et ne t’inquiète pas Athéna, tu n’auras pas à me récompenser. Les humains continuerons sûrement à s’entre déchirer malgré la paix que tu souhaites instauré sur Terre. Je me contenterai de les regarder se battre.
-Merci mon frère.

Ares salua de la main Athéna et Abel puis il se retira, saluant de la tête les deux chevaliers qu’il croisa. Shun et Shaka vinrent auprès de leur déesse et le chevalier de bronze demanda :

-C’était Arès, le dieu de la guerre ?
-Oui. Il était indispensable qu’il se joigne à nous. Arès est un adversaire redoutable, si nous l’avions eu contre nous je crois que ça aurait était perdu d’avance.
-C’est exacte, renchérit Abel. Mais je tien à vous prévenir que lors de combat, il est méconnaissable. Il deviens une véritable bête qui à soif de sang. Il n’est pas maléfique de nature, mais le combat est tout son existence.

Shun eu un imperceptible frisson et Abel parla, semblant donner une réponse à la question muet d’Andromède :

-Il est dit que ses yeux on prit la couleur du sang à force de le regarder couler et que ses cheveux en à absorbé la couleur à cause du sang qui avait giclé sur lui.

Shun eu une expression choqué tandis que Athéna eu une expression de déception. Mais la déesse passa outre et arriva à un tout autre sujet :

-Mais dites-moi chevaliers, quand est-il d’Héphaïstos ?
-Nous avons pu le mettre de notre côté grâce à nos connaissance des armures. Ils nous à promis de s’occuper particulièrement de votre armure, ainsi que celle de vos alliers.
-Je l’en remercie d’avance de tout cœur.
-Majesté, intervint Shaka, nous avons aussi découvert que chacun de vos chevaliers possédait une kamui.
-C’est vrai ? Je pensait que seul les chevaliers de bronze en possédaient une.
-Non, nous autres chevaliers d’or en possédons aussi une.

Athéna n’était visiblement pas la seule à être surprise, Abel aussi ne semblait pas non plus être au courant de cela. Cependant, le fils de Zeus émit sa pensé :

-Je pense qu’Héphaïstos avait du s’attendre à une telle bataille. Notre père n’ayant jamais manifesté pour lui que de l’indifférence, c’est une manière pour lui de se venger.

Athéna acquiesça, elle ne voyait pas d’autre solution. Puis se fut a son tour de parler avec sérieux. Un tel sérieux étonna ses chevalier qui ne l’avait vu que très rarement aussi sérieuse. Le ton de la déesse fut grave :

-Demain j’irai voir mon père et lui demanderai une dernière fois de relâcher les chevaliers pour qu’il vivent une ultime fois en paix sur Terre. S’il refuse, je crains que la guerre devra commencer.

Personne ne dit et ne fit rien. Il n’y avait rien à dire. Ils savaient tous très bien que le temps était venue, que la guerre était là, planant au-dessus d’eux.

Fin de la 5éme partie...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [fanfic] Le défi des dieux   

Revenir en haut Aller en bas
 
[fanfic] Le défi des dieux
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Castlevania: amis pour la vie [fanfic]
» Les Dieux du Chaos comme vous ne les avez jamais vu.
» Ma toute première fanfic, victime : Dn Angel
» [FanFic] Le Garçon étoilé
» paradise chapter fanfic

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Autre :: Gallerie des Oeuvres d'art-
Sauter vers: