AccueilFAQRechercherConnexionS'enregistrerMembresGroupes

Partagez | 
 

 [fanfic] Le défi des dieux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Belerianne
Guerrier Celeste
avatar

Nombre de messages : 302
Signe du Zodiaque : Scorpion ascendant Capricorne
Date d'inscription : 25/06/2005

MessageSujet: [fanfic] Le défi des dieux   Dim 26 Juin 2005 - 10:21

Note: Avant toute chose, je préfère prévenir que c'est la toute première et seule fic que j'ai faite. Donc ne vous attendez à rien d'extraordinaire! Car même si j'écris beaucoup, il n'est pas facil (du tout!) de rendre honneur à ce manga. De plus, ce qui fait aussi la beauté du manga au départ, c'est ses dessins et la musique, donc quand on passe à l'écris, c'est autre chose! J'espère tout de même que ça vous plaira Smile
Sur ceux, plasse à la fic!

J'oubliais aussi: il a surement des fautes d'orthographe, alors ne vous étonnez pas :D


Dernière édition par le Dim 26 Juin 2005 - 10:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Belerianne
Guerrier Celeste
avatar

Nombre de messages : 302
Signe du Zodiaque : Scorpion ascendant Capricorne
Date d'inscription : 25/06/2005

MessageSujet: Re: [fanfic] Le défi des dieux   Dim 26 Juin 2005 - 10:26

Première Partie: Le combat contre Hypnos

La guerre sainte contre Hadès est terminée, laissant nos chevaliers de bronze face à une amer victoire. Les derniers chevaliers d’or et leur grand ami Seiya, chevalier de bronze du pégase, ne sont plus. La princesse Saori Kido, qui n’est autre que la réincarnation de la déesse Athéna, tenait contre elle le corps sans vie de leur compagnon. Il était contre elle, tel un soupirant endormit contre sa belle. Elle ne pouvait se résoudre à sa mort, mais il fallait bien qu’elle se rende à l’évidence. C’est donc meurtri et le cœur lourd que les chevaliers regardent les restes du sanctuaire… Il ne restait que des temples en ruines, seul le temple d’Athéna semblait avoir miraculeusement échapper à trop de massacre.

La princesse Soari fini par tomber à genoux, non seulement d’épuisement, mais aussi de par sa tristesse. Elle lâcha le grand bouclier de son armure divine pour pouvoir touché le visage de Seiya qui devenait de plus en plus froid. Les yeux de la princesse étaient fixés sur lui mais son regard était perdu dans le lointain.
Aucun chevalier ne bougea pour l’aider. Ils savaient que cette fois, ils ne pourraient lui être d’aucune aide, du moins pas pour le moment. Tous savaient bien ce qu’elle pouvait ressentir, ayant tous subit de très lourde blessure, tant physique que moral. Leur désarroi était bien au-dessus des larmes.


Des bruits de pas précipités ce firent entendre au loin. Personne ne leva la tête pour voir de qui il s’agissait, ils s’en doutaient bien. Athéna n’avait eu aucune réaction, comme si rien ne l’entourait, comme si elle était parfaitement seule. Nos quatre compagnons eux, voulurent disparaître, éviter les questions sur ce qu’il c’était passé. Eviter de montrer que Seiya n’était plus. Ils ne voulaient pas, car ils savaient bien qu’aucun d’eux ne puisse même qu'apercevoir ce qu’ils ressentaient. Car qui mieux qu’eux, avaient connu les chevaliers d’ors et Seiya, qui avait eu à faire tout ces combats ? Il voulait partir mais… :

-Princesse Soari, Seiya ! Appela une voix que tous reconnu comme étant celle de Shina.

Soari n’eu pas plus de réaction en entendant cet appelle qu’elle n’en avait eu en entendant les bruits de pas. Par contre les chevaliers eurent le cœur serrer d’entendre Seiya être appeler comme s’il était rentré saint et sauf de cette bataille.
Les pas se firent de plus en plus proche, jusqu’à ce qu’ils s’arrêtent. Hyoga et Shun tournèrent un instant le regard vers eux pour voir Shina, Marine, et trois autres chevaliers de bronze. Ils remarquèrent vite que, malgré le lamentable état de l’armure du chevalier du pégase, ils pensaient qu’il était dans le coma, ou qu’ils refusaient tout simplement de croire qu’il était mort.


-Ils… Ils n’est pas… mort ? Balbutia Marine. Ce n’est pas vrai…
-Que c’est il passé ? Demanda Shina.

« Que c’est il passé ? » Ils n’avaient pas voulu entendre cette question mais ils ne purent y échapper. Ikki fixait la déesse Athéna, qui n’avait toujours pas bougée, et ne semblait pas disposé à répondre. Hyoga, qui avait détourné son regard du groupe d’arrivant, tenait contre lui son bras cassé, le regard sur l’ombre du temple du verseau, sans vouloir daigner répondre lui non plus. Quant à Shun, soutenu par son frère Ikki, il avait aussi détourné le regard pour regarder vers le ciel, comme pour y chercher la réponse à leur question. Seul Shiryu n’avait pas bougé ou feint d’échapper à la question et pourtant il ne répondait pas non plus.
Voyant qu'aucune réponse ne viendrait, Marine s'approcha, d'un pas mal assuré du corps, de Seiya. Elle s'agenouilla et lui prit la main. Tout son corps se contracta et cessa brusquement de bouger durant une fraction de seconde. Lentement, comme sortie d'un rêve, Athéna leva le regard sur Marine qui commençait à trembler et appeler:


-Se… Seiya… Seiya réveille-toi! Seiya!

Marine et les trois autre chevalier n'avaient pas besoin d'en entendre davantage, ils avaient compris. Cette nouvelle les frappa au cœur comme une dague empoisonné à la lame glacé. Des larmes coulaient sous le masque de Marine et Shina, alors que les trois autre se retenait de pleurer, préférant couvrir leur visage d'un masque de douleur.

-Comment cet idiot à réussis à ce faire tuer? Marmonna Shina, plus en manière de reproche qu'une véritable question.

La main de Marine était crispée sur celle de Seiya. Saori posa alors la sienne sur l'épaule du chevalier de l'aigle qui leva la tête. Saori tenta d'expliquer au mieux, mais ça voix était vide:

-Nous n'avons rien pu faire, mais il est mort dignement. Lâche-le, tu ne peux rien pour lui.

Athéna défi l'emprise de Marine et se releva, portant le corps de Seiya. Elle regarda tout le monde, le visage vide d'expression, mais quand elle parla, son ton fut dur:

-Partez maintenant. Nous avons tous besoin de repos et chacun d'entre nous de rester seul.

Elle regarda un instant Shun, Hyoga, Shiryu et Ikki, puis se retourna pour avancer en direction de son temple. Avec un dernier regard à Shina et aux autre et sans aucune autre paroles, les quatre chevaliers suivirent leur déesse.

Une fois dans la chambre du Grand Pop, Saori installa Seiya sur le trône. On aurai dit qu'il dormait après une rude bataille. Elle le regarda un moment puis parti en courant au temple d'Athéna. Les quatre chevaliers la regardèrent partir, avant de poser à leur tour leur regard sur le corps de Seiya assis sur le trône. Ce fut Shiryu, ne pouvant voir son compagnon, qui rompit leur silence:

-Nous ferions mieux d'allez nous reposer. Nous avons tous terriblement souffre de cette guerre, mais nous nous devons de guérir. Je suis sur que c'est ce que Seiya aurait voulu faire une fois cette guerre fini.
-Tu as raison. Approuva Hyoga. Nous souffrons tous autant physiquement que moralement, abrégeons au moins nos souffrance physique par un repos bien mérité.

Shun et Ikki ne purent qu'acquiescer et chacun chercha une pièce du temple où dormir.
Pendant ce temps, Athéna était déjà allongeé dans son propre temple, se remémorant la scène de la mort de Seiya. Elle avait déjà retirer son armure divine de façon à être plus alaise dans ça robe blanche.
Une présence la fit sortir de ses pensées. Elle se redressa et chercha qui pouvait bien être ici. Elle aperçu une ombre à l'entrée du temple.


-Qui êtes vous?

L'ombre monta un peu plus les marches mais son apparence restait invisible à Athéna, l'inconnu étant à contre jour. Elle pouvait simplement voir une imposante silhouette, sans doute vêtue d'une armure vu les contours de l'ombre.
Athéna, bien que terriblement affaiblie et blessée, rester sur ses gardes, prêtes au combat. Son ton fut dur quand elle parla:


-Je vous somme de vous montrer! Êtes-vous ici en ennemie, ou en ami? Je vous prévient, je suis prête au combat.

L'ombre rie puis avança, révélant peu à peu son apparence à mesure de sa progression. C'était un homme blond, les yeux d'or, à l'imposante armure bleu sombre. Son regard n'avait rien d'aimable, Athéna lui rendit donc un regard l'invitant à la prudence. Son ton fut également menaçant:

-Pourrai-je savoir qui vous êtes?
-Pardonnez-moi déesse Athéna, je me présente: Je suis Hypnos, au service de son dieu.

Athéna attendit un peu qu'il révélât le nom du dieu qu'il servait, mais aucune réponse ne vint. Elle le jugea du regard, ne baissant sa garde à aucune seconde.

-Pourrai-je connaître le nom du dieu que vous dites servir? Est-ce l'un de mes frères?
-Je crains de ne pas pouvoir le révéler. Il ne m'a rien dit m'autorisant à révéler son identité.

Soudain, Hypnos changea d'expression, ayant l'air plus serein, engageant plus à la confiance. Il s'agenouilla face à Athéna et parla d'une voix plus calme, baissant la tête et le regard:

-Athéna, mon maître n'a aucune mauvaise intention envers vous, bien au contraire. Il m'a demandé de venir vous proposer mes services pour apaiser quelque peu vos douleurs morales. Il sait ce que vous avez enduré et il en est peiné pour vous. A défaut de venir lui-même il m'a envoyé.

Soari fut surprise de se changement d'attitude, mais il avait l'air tellement s'incère. Elle ne su que répondre, et encor moins que decider. Hypnos releva la tête, le regard presque implorant demandant qu'on le croie. Il expliqua avec excuse, précipitation mais franchise:

-Pardonner mon attitude première, j'étais tellement impressionner et peu sur de moi-même que je ne savais comment régir. Je n'ai pas trouvé d'autre réaction que celle-ci sur le moment. Je n'ai rien pour vous prouver ce que je dis à par un signe sur mon front.

Sur ces mots, il retira son casque, découvrant une étoile d'or orner son front. Athéna ouvrit de grands yeux, cette étoile lui révélant qui Hypnos servait. Elle eu un sourire, fermant les yeux et baissant pendant un bref instant la tête. Puis elle regarda son interlocuteur et parla d'une voix douce et franche:

-Je vois. Je te crois Hypnos. Je reconnaîs par ce symbole, celui de l'étoile d'or, le signe du dieu des rêves et du sommeil: Morphée. Je n'ai jamais eu de quelconque querelle avec lui, bien au contraire. Cependant, j'aimerai savoir en quoi consiste l'aide qu'il ta demander de nous apporter.
-Mon maître vous propose de vous plonger dans un sommeil où vous pourrez rejoindre les personnes que vous avez perdu et aimez. Aucun cauchemar, rien de malsain ne viendra troubler votre paisible sommeil.

Saori réfléchit un instant, l'offre la tentait beaucoup. Hypnos attendait patiemment, observant la réaction de la déesse. Elle lui demanda:

-Mes chevaliers bénéficieront-ils eux aussi de ce moment de paix?
-Bien entendu. Affirma Hypnos.

Le visage de Soari s'éclairci encore plus, elle se rapprocha un instant de là où elle reposait avant de se retourner vers Hypnos.

-J'accepte l'offre de Morphée avec grand bonheur. Je le remercie avec toi de la part de mes chevaliers et de la mienne. Je te confis notre sommeil.

Soari le salua de la tête puis se rallongea, pour sombrer dans un paisible sommeil dans lequel Hypnos s'empressa de la faire plonger. Une fois endormis, son expression se modifia de nouveau, pour redevenir cette expression mauvaise et méprisable qu'il avait arboré en entrant dans le temple. Ca voix était devenu froide:

-Dormez bien, Athéna, votre sommeil risque de durer plus longtemps que vous ne le pensez. Il risque aussi, pour certain d'entre vous, d'être bien pénible.

Hypnos partit alors endormir les chevaliers de son sommeil maléfique, les plongeant d'abord dans des rêves de souvenirs…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Belerianne
Guerrier Celeste
avatar

Nombre de messages : 302
Signe du Zodiaque : Scorpion ascendant Capricorne
Date d'inscription : 25/06/2005

MessageSujet: Re: [fanfic] Le défi des dieux   Dim 26 Juin 2005 - 10:43

Saori se réveilla au château, elle était guérie de toute blessure et Hypnos n'était plus là. Lentement, elle marcha vers la salle du trône du Grand Pop. Quelle ne fut pas sa surprise en ne retrouvant pas le corps de Seiya sur le trône. Prise d'une soudaine peur, elle le chercha dans toute la chambre, avant d'apercevoir une ombre à l'extérieur. Une ombre si familière…

-Seiya!

Elle couru à l'extérieur, aux pieds des marches, ils était assis là. Cependant, ce Seiya n'était pas mort, mais bel est bien vivant. Son armure et lui étaient encore en piteuse état, mais il était bel et bien vivant. Il leva la tête pour la regarder, et lui sourit.

-Bonjour Saori.
-Seiya…

Les larmes lui montèrent aux yeux et, avant de s'en rendre compte, elle avait prit le chevalier du pégase dans ses bras.

-Hé bien Saori. On dirai que tu ne m'as pas vu depuis des jours, ou que je reviens d'entre les morts.
-C'est ce que tu as fais!
-Comment? Mais voyons Saori j'étais simplement évanoui.
-J'étais pourtant sûr…
-Allons Saori, tu as dû te tromper. Je ne peux pas mourir tant que la déesse que je dois protéger est encore là…

Saori ne savait plus quoi penser, elle se contenta de rester silencieuse et de rester près de Seiya pour le regarder.

Pendant ce temps Hyoga c'était réveillé très tôt et était retourné au temple du verseau. Le temple avait subits quelques dommages, mais pas d'assez important pour que le temple devienne méconnaissable aux yeux du chevalier du cygne. Perdre une deuxième fois son maître lui avait fait beaucoup de mal, il se sentait aussi responsable de cette mort que la première.


-Maître Camus, je vous promet, quelque soit mon titre et mon armure, que je garderai votre temple…
-Tu n'auras pas besoin de le faire Hyoga, je peux m'en charger seul.

Hyoga se tourna vers l'origine de la voix, tout d'abord méfiant bien qu'il ai reconnut la voix. Quel ne fut pas sa surprise de voir son maître Camus avancer vers lui, vêtu de son armure d'or. Mais Hyoga se remis vite en position d'attaque, son maître était mort!

-Vous n'êtes pas le chevalier du verseau, ce dernier est mort. Je ne laisserai personne trahir sa mémoire en se faisant passer pour lui!
-Allons Hyoga, tu attaquerais ton propre maître, lui qui nous a tout appris?
-Maître Cristal ?!

En effet, le chevalier Cristal, le maître initial de Hyoga, venait de les rejoindre. Il était vêtu de son armure d'argent et souriait à Hyoga. Sa voix était calme:

-Bonjour Hyoga.
-Ce n'est pas possible, vous êtes mort! Protesta Hyoga, complètement perdu.
-Nous étions mort. Après le combat contre Hadès, les dieux nous on donné une seconde chance pour vous avoir aidé.

Le chevalier Cristal avait effectivement aidé Saori et les chevaliers aux royaumes des morts. Hyoga restait perplexe, il ne savait pas si il fallait se méfier, ou au contraire se réjouir d'avoir retrouver ses maîtres. Finalement, il décida de leur faire confiance, bien que quelque chose en son cœur lui faisait mal et lui disait de faire attention.

Shiryu avait retrouver son maître au temple de la balance, et Shunreï les avaient rejoindre, elle disait avoir voulu revoir Shiryu.Malgré sa cécité, Shiryu reconnaissait très la voix de Shunreï et le cosmos de son maître. Il n'eu donc aucune méfiance, ayant entière confiance en les dires de son maître, et profita du moment.

Ikki avait retrouvé la jeune Esméralda, mais lui se refusait de croire qu'elle était revenue. Il ne se souvenait pas l'avoir vu les aider, et elle était morte depuis trop longtemps. Son fantôme avait hanté son cœur depuis trop longtemps. Il ne voulait pas y croire et se refusait à la voir et lui parler. Cette jeune Esméralda fut blesser par son attitude et en pleura, mais sans réussir à le convaincre. Shun, qui ne voulait pas ce séparer de son frère pour le moment, lui demanda:


-Ikki… Pourquoi ne veux-tu pas lui laisser une chance? C'est peut-être vraiment Esméralda après tout.
-Shun, Esméralda est morte à la fin de mon entraînement, mon entraîneur l'a tué… Depuis trop longtemps pour que je puisse croire qu'on lui a laisser une chance de revivre grâce à moi. J'ai chassé son fantôme de mon cœur pour que mes sentiments ne m'entrave pas pendant mes combat. Et tu ferai bien d'en faire autant!

Sa voix fut très dure à sa dernière phrase qui choqua Shun. Ikki se leva et partit, laissant un frère désorienter dernière lui.

-Ikki… C'est pourtant grâce aux sentiments que j'éprouverai que j'ai réussis à me défère de l'emprise d'Hadès quand il m'avait possédé… Tu es si froid Ikki, depuis le début de notre guerre contre Hadès tu es devenu bien distant envers moi, et ça n'a fait qu'empirer lorsque Hadès ma prit sous son emprise.
-Ikki n'est pas si méchant dans le font tu sais.

Shun releva la tête, c'était Esméralda qui était venu le calmer. Elle s'assise à côté de lui et lui expliqua gentiment.

-Quand il est venu sur l'île de la Raine Morte, nous avons très vite était ami. Mais mon père n'a pas apprécié, alors il devint encore beaucoup plus dur avec lui. Petit à petit, je le voyait changer, devenir plus renfermé, plus "agressif", mais je l'aider à rester lui-même et toi aussi tu l'accompagnai.
-Vraiment?
-Oui. Il m'a souvent parlé de toi, son petit frère qu'il c'était de veiller. Il m'a raconter qu'il avait échangé sa place avec toi, pour que tu puisse devenir chevalier et rester en vie, ce qui aurai était impossible à ses yeux si vous n'aviez pas échangé.

Elle tourna la tête vers lui et lui sourit gentiment pour lui annoncer:

-Shun, ton frère veut simplement que tu réussisses à te débrouiller sans lui. Il t'aime beaucoup, mais il aimerai que tu n'es plus besoin de lui.
-C'est faux!

C'était la voix d'Ikki, plus dur et froide que jamais.

-Je ne le supporte plus, j'en ai assez de toujours devoir le protéger! Je n'ai rien à faire d'un frère pleurnichard comme lui! Et toi cesse de raconter n'importe quoi et de te faire passer pour ce que tu n'es pas!

Sur ces mots, il utilisa son attaque "les ailes du phoenix" sur Esméralda, ce qui la tua aussitôt. Shun était terriblement choqué par l'attitude et l'action de son frère qui arborait un sourire de satisfaction.

-Tu n'es plus mon frère Shun, je ne te considère plus comme tel. Tu n'es plus rien pour moi…
-Ikki!
-Tait-toi! Tu m'as très bien entendu et je ne reviendrai pas sur ma décision! Pour te prouver ce que je viens de te dire… Que les ailes du phoenix t'emportent!!

Heureusement pour Shun, bien que prit au dépourvu, il était toujours vêtu de son armure et encaissa plutôt bien l'attaque. Ainsi le cauchemar commençait déjà pour Shun…
Ikki ne cessait d'assaillir Shun qui refusait catégoriquement de passer à l'attaque. Il connaissait toutes les attaques de son frère, mais leurs puissances étaient phénoménales! Il ne pouvait plus esquiver ou encaisser, il fallait qu'il se protège:


-Chaîne nébulaire protège-moi!
-Pauvre idiot, tu sais bien que ta chaîne ne retient pas les attaques très longtemps! J'en n'ai assez que ne fasse que te protéger, que les ailes du phoenix t'emportent!

Mais la chaîne de Shun réussit à contrer l'attaque, malgré que la puissance du choque qu'il sentit tout de même passer.

-Ikki je t'en prit arrête ta folie! Je sais bien que nous nous ressemblons pas mais je reste malgré tout ton frère. Il est vrai qu'il y a encore peu je doutais de moi à cause de ma préférence défensive, mais je ne doute plus à présent…

Shun ferma les yeux, continuant de se faire protéger par sa chaîne. Il resta ainsi plusieurs seconde avant de rouvrit brusquement les yeux. Son regard était désolé mais son ton et son expression ferme et dure, sûr de lui:

-Je sais que je suis un véritable chevalier d'Athéna et que je mérite ma place. Ce n'est pas toi qui viendra me faire douter aujourd'hui. Mon frère, je ne sais pas ce qui te prend, mais tu n'es pas toi-même. Avec ce fait, ne crois pas que t'attaquer me génera, et même si c'était bien toi, je ferai tout ce que je peux pour te faire revenir à la raison. Même si pour ça il me faut gravement te blesser!
-Pauvre inconscient, ria Ikki. Tu n'est pas de taille contre moi! Je vous dépasse largement depuis longtemps. Je ne vois pas comment toi, le plus faible des chevaliers d'Athéna, pourrai arriver à me vaincre.
-Ne me sous-estime pas Ikki. J'ai changer depuis la fin de cette guerre qui a coûté la vie de Seiya.
-S'il est mort n'est qu'il n'était qu'un pauvre idiot faible! Je m'étonne d'ailleurs que ce ne soit pas toi qui soit mort, ça m'aurait bien arranger!

Cet homme ne pouvait pas être Ikki! Jamais, il le savait, il n'aurai parler ainsi de Seiya. Il n'aurai jamais dit non plus pareil chose de son propre frère, même s'il avait voulu le blessé et le décourager à tout prit, plus maintenant. Shun n'eu donc plus le choix, il se devait d'attaquer. C'est donc sans regret qu'il attaqua son frère de sa chaîne nébulaire, tout en continuant de se faire protéger.
Ikki prit le coup de plein fouet, se faisant déstabiliser. Maintenant c'était certain, ce n'était pas son frère! Jamais le vrai Ikki ne se serai laissé toucher et déstabiliser par une attaque comme celle-ci.


-Tu n'es pas mon frère. Jamais il ne se serai laissé déstabiliser par cet attaque que j'ai pris soin de modérer. Tu ne peux plus te cacher, qui es-tu?

Le sosie du chevalier du phénix se mit à rire et prit une autre forme, celle d'un homme blond dans une armure bleu sombre: Hypnos. Il arbora la même expression de méprit qu'il avait eu au début de son entretien avec Athéna et parla de sa voix froide:

-Bien joué chevalier. Si tu tiens vraiment à le savoir je suis Hypnos. Mais maintenant que tu sais qui je suis-je ne peux pas te permettre de prévenir les autres. Aussi vais-je t'enfermer d'en un endroit ou tu aura tout le temps de penser à ce que tu veux en attendant que je vienne t'achever. Sois enfermer dans La chambre des rêves!

[i]Shun ne pu éviter l'attaque et fut projeter autre part, dans une vaste pièces sombre et peu éclairer et elle s'étendait bien plus loin que son regard. Seul le plafond, le sol et des colonnes de pierre étaient visibles. Il tenta d'user de sa chaîne contre le plafond, le sol ou les colonnes mais rien n'y faisait. Il savait qu'il n'avait aucun moyen de sorti. Il espérai que Saori et les autres étaient en lieu sur et qu'ils sauraient, comme lui voir les fourberie d'Hypnos…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Belerianne
Guerrier Celeste
avatar

Nombre de messages : 302
Signe du Zodiaque : Scorpion ascendant Capricorne
Date d'inscription : 25/06/2005

MessageSujet: Re: [fanfic] Le défi des dieux   Dim 26 Juin 2005 - 10:44

Hyoga, lui, ne se doutait de rien et discutait tranquillement avec ses maîtres. Les deux chevaliers faisaient des éloges de leur élève, qui refusé de leur laisser dire qu’il était devenu plus expérimenté et puissant qu’eux.

-Dit-moi Hyoga, je suppose que tu te rappelle toujours de ce que j’ai fais au bateau de ta mère ?
-Comment l’oublier.
-Tu vas toujours lui rendre visite malgré cela j’espère.
-Mais maître, bien sûr que non. Vous m’avez vous-même fait comprendre que je ne devais plus le faire et j’ai suivi vos conseils. Vous ne vous souvenez pas ?

Hyoga observa attentivement le chevalier d’or de son œil valide, ce dernier avait froncé des sourcils. Puis son visage redevint clair :

-Oui pardonne-moi, ses séjours au royaume des morts ont quelque peu altéré mes souvenirs. Cependant, le chevalier que tu es devenu peut à présent ce permettre de retourner rendre visite à sa défunte mère.

Hyoga trouvait que quelque chose n’allait pas dans l’attitude du chevalier du verseau, mais une voix le fit sortir de ça réflexion :

-On parle de moi ?

Une belle femme entra dans le temple, Hyoga ne pu en croire ses yeux :

-Ma… Maman ?
-Oui mon fils, je peux enfin revenir te voir et t’offrir l’amour que je n’ai pas pu te donner depuis ma mort.

Le chevalier du cygne de pu retenir ses larmes et prit sa mère dans ses bras. Il était si heureux !

-Mère comment cela se peut-il ?! Cela fait si longtemps que tu ais morte et ta mort n’a pas de rapport directe avec mon statue de chevalier.
-Sans doute, mais te rappelles-tu de cette aide minime qu’à était mon ordre de ne pas pénétrer au royaume des morts lorsque le maître Camus t’a vaincu la première fois ? De plus, l’amour que tu me portes t’a aidé à surmonter plusieurs épreuve. Ceci a été une raison suffisante pour les dieux de m’accorder une seconde chance.
-Je dois rêver ! Pourtant c’est bien vous ! Vous ma mère et mes maîtres que je croyais mort à jamais !
-Nous le serions à jamais s’il n’y avait pas eu la bataille contre Hadès. Rectifia Cristal.

Ils restèrent là à se regarder, tous souriant de retrouver quelqu’un de très cher. Mais malgré l’euphorie de Hyoga, quelque chose lui disait qu’un détail n’allait pas, il était trop content pour écouter cet avertissement.

-Au faite Hyoga, il est grand tant que je t’offre mon rosaire. Je croyais pourtant te l’avoir donné avant de mourir mais tu as du me le rendre après. A moins que ma mémoir me joue des tours. Mais tiens, prend-le.

Sa mère retira le rosaire de son cou, et là Hyoga se figea. Ce n’était pas ça mère ! Elle n’avait pas le rosaire c’est lui qui l’avait toujours et pour rien au monde il se serai séparer du dernier cadeau de ça mère pour lui rendre dans la mort. Le chevalier prit alors une position d’attaque, le regard et la voix menaçante :

-Vous n’êtes pas ma mère !
-Mais, mon fils…
-Silence ! Jamais je n’ai rendu le rosaire à ma mère, je l’ai toujours eu avec moi et aujourd’hui encore il est autour de mon cou !

Il tourna le regard vers ses soit disant maître et gronda :

-Vous non plus vous n’êtes pas ceux que vous prétendez être ! Jamais mon maître Camus n’aurai oublier ce pour quoi il avait en autre donné sa vie pour me l’enseigner : le fait de ne pas retourner rendre visite à ma mère ! Pour maître Cristal, je sais que jamais il ne serait revenu du monde des morts pour me voir, il me connaissait trop bien pour savoir comment je réagirai !

Le cosmos de Hyoga commença à s’enflammer pendant qu’il menaçait les imposteurs du regard :

-Qui que vous soyez, ne m’obligez pas à vous faire connaître une véritable mort, montre qui vous êtes. Si vous me croyiez incapable de m’en prendre aux sosies de ceux qui me sont le plus cher, vous me connaissez mal. Alors montrez-vous !!!

L’image de sa mère et se ses maîtres se mirent à rire puis à se brouiller, jusqu’à ne former qu’une seul et unique personne. C’était Hypnos !

-Tu es perspicace chevalier, mais du aurais du frapper sans me prévenir, car il est trop tard pour toi maintenant. Je m’en vais te faire rejoindre ton ami chevalier ! Soit enfermé dans La chambre des rêves !!!

Hyoga n’eu pas le temps de voir l’attaque qu’il était déjà au côté de Shun. Ce dernier fut désolé qu’il n’est comprit que trop tard et lui expliqua la situation. Ne pouvant visiblement rien faire, il attendirent que les autres aient plus de chances qu’eux.
Le chevalier du cygne et d'Andromède étaient assis au pied d'une colonne, en train de se remémorer ce qu'ils avaient dû endurer avant de comprendre.


-A peine avons-nous terminé un combat que nous devons en faire un autre… Murmura Hyoga
-Nous avons déjà tellement perdu qu'on joue déjà avec nos sentiments… Renchéri Shun
-T'a-t-il aussi montrer des personnes à qui tu tenais beaucoup en les faisant passer pour revenu?
-Non. Il m'a montrer la chose que je crains le plus: La haine de mon frère envers moi.
-Je vois… J'espère qu'il ne s'en prendra pas à Shiryu, ton frère et encore moins à Saori…
-Je ne m'inquiète pas trop pour mon frère. Mais pour Saori…

Un rire se fit entendre, un rire froid que les deux chevaliers reconnurent, les faisant ce levé en un bond. Ils scrutaient la noirceur de la pièce, sur leur garde.

-Tu as en effet pas à t'inquiéter pour ton frère, chevalier d'Andromède. Pas pour les souffrances moral que j'aurai pu lui faire. Mais tu aurais pu t'inquiéter de ses souffrances physiques!

Hypnos apparu, jetant un Ikki inconscient et couvert de plaies aux pieds de son frère.

-Niisan'! 1 S'exclama Shun en s'agenouillant à côté du corps de son frère.
-Que lui avez-vous fais? Siffla le chevalier des glaces
-Comme il n'a pas était affecté ou discret par mes illusions, il à juste subit l'une de mes attaques. Ne vous en faite pas, il ne tardera pas à ce réveiller.
-Que nous voulez-vous à la fin? Demanda Shun
-Moi rien. Je ne fais qu'obéir aux ordres de mon maître: Seigneur Morphée.
-Morphée ?! Le dieu des rêves? S'exclama Hyoga.
-Lui-même. Je suis son disciple Hypnos.

Shun et Hyoga étaient stupéfaits et regardaient Hypnos avec méfiance et surprise. Ce dernier les fixait d'un air supérieur et froid.

-Que nous veut donc ton maître? Est-il du côté d'Hadès?

Le regard d'Hypnos s'emplit de colère. Il cria, emplit de rage:

-Comment osez-vous insulter mon maître en le mettant du côté d'Hadès, ce dieu immonde!? J'avais été indulgent envers vous, mais je ne puis vous pardonner cet affront!
-Clamez-vous, intervint Shun. C'était juste une question. Après tout les combats que nous avons passé nous avons le droit de nous méfier non?
-Et bien sachez que mon maître est très loin de ce trouver du côté de ce tyran! Je vais finir de m'occuper de vos amis et je reviendrez vous régler votre compte.

Hypnos ce retourna mais Hyoga usa de l'attaque de "la poussière de diamant" sur ce servant de Morphée. Hypnos anéanti l'attaque d'une main.

-Pauvre idiot! Crois-tu qu'un pouvoir aussi faible que le tien peut rivaliser avec le mien alors que tu te trouves sur mon propre terrain? Sache qu'ici, tout pouvoir autre que le mien s'y trouve altéré. Alors tant que vous serez ici, vous ne pourrez rien contre moi. Je me chargerai donc que ce lieu soit votre tombeau…

Et sur ces mots, il disparu, partant user de ses illusions sur Shiryu. Le chevalier du dragon était dans le temple de la balance en train de méditer en attendant le retour de son maître.

-Me revoilà Shiryu. Annonça le faux chevalier qui avait prit toute les caractéristique du défunt.

Le chevalier du dragon sourit et ce releva pour ce diriger vers l'aura de son maître. Il tendit la main vers lui mais il ne toucha rien.

-Vous n'êtes pas mon maître.
-Comment?
-Vous n'êtes pas mon maître. Je trouvais cela bizarre que les dieux ai accepté de vous faire revenir à la vie. Aussi suis-je rester sur mes gardes. Mais maintenant j'ai la preuve que vous n'êtes pas Dokko.
-Comment peux-tu dire ça?

Shiryu eu un léger sourire triomphant.

-Vous êtes très doué pour imiter les cosmos des autres, bien qu'il y avait un détail qui me gênait avec. A présent que j'ai essayé de vous toucher j'en suis certain. Vous avez prit l'apparence et le cosmos de l'ancienne forme de mon maître. Vous avez omit de verifier qu'il avait repris l'apparence et la force qu'il avait il y à plus de 240 ans.

Hypnos reprit son apparence originelle en riant. Il avait en effet était tellement énervé par les camarades de Shiryu qu'il avait oublié ce détail, mais qu'importe.

-Bien. Maintenant que toi aussi tu m'as découvert, tu peux rejoindre tes amis dans… La chambre des rêves!

_______________
1: Signifie grand frère. Littéralement c'est le frère aîné.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Belerianne
Guerrier Celeste
avatar

Nombre de messages : 302
Signe du Zodiaque : Scorpion ascendant Capricorne
Date d'inscription : 25/06/2005

MessageSujet: Re: [fanfic] Le défi des dieux   Dim 26 Juin 2005 - 10:44

A son tour, sans qu'il n'ai pu faire quoi que ce soit, il ce retrouva dans le monde d'Hypnos. Avec les trois autres chevaliers.
A présent, il ne restait que Saori. Elle était restée auprès de Seiya et ils parlaient ensemble. Elle ne remarquait rien. Même si certaine des actions et des paroles de Seiya étaient « anormal » elle n’y faisait pas véritablement attention. C’était un rêve, elle le savait. Tout comme elle savait qu’il finira un jour. Alors, pour le moment, autant profiter de ce doux songe. Bien qu’au fond d’elle même, elle savait que, plus elle resterai dans ce rêve, plus le réveil sera difficile.


-Dit-moi Saori…
-Oui ?
-Pourquoi m’as-tu tué ?

Saori fut choquée de cette remarque et en resta muette. De plus, il avait posé la question presque négligemment, en regardant le ciel. Mais Seiya continua :

-Je suis mort pour toi dans cette bataille, on peut donc dire que tu m’as tué. Par ta faute j’ai beaucoup souffert, comme Shiryu, Hyoga, Ikki et Shun. On a souffert mille mort, perdu des être cher. Pourquoi avons-nous fait tout ça…
-Se… Seiya…

Il se tourna vers elle, souriant. Saori étaient terriblement blessée. Plus, sans mise en garde il usa de son cosmos sur elle. La déesse n’avait pas prit la peine de se protéger ou d’éviter l’attaque. Elle se contentait de pleurer. Seiya l’avait et la tenait responsable de ça mort et des souffrances des autres chevalier.

-C’est vrai après tout, pensa-elle. Ils sont morts en protégeant mes idées et moi… Ils ont eu tant de blessure, on approché la mort à cause de moi. Aior… Saga… Shakka… Mu… Milo… Et tout les autres, je comprend combien vous pouvez me haïr.

Seiya eu un étrange sourire et usa d’une attaque que Saori n’entendit pas: La chambre des rêve. Elle se retrouva donc auprès de ses chevaliers qui furent surpris de la voir pleurer. Hyoga l’aida à s’adosser contre une colonne avant de lui demander :

-Que vous arrive t’il Saori ?
-Ils sont morts… A cause de moi…
-Hein ?
-Seiya, Camus, Dohko, Shakka, Saga et les autres… C’est ma faute…

Shiryu tourna la tête vers Hyoga qui le regardait aussi, Shun regardait directement Saori, son frère toujours inconscient dans ses bras. Ils pensait savoir ce qu’il avait dû se passer.

-Saori, commença Shiryu. Ce n’est pas de votre faute. C’est celle de nos ennemies.
-Non, vous m’avez tous suivis pour mes idée et combattu pour moi alors que je n’ai rien fais pour vous… Vous avez souffert et êtes mort par ma faute…

Hyoga et les autres ne savait pas quoi ajouter. Il est vrai que, dans un certain sens, c’était juste. Ils ont combattu pour la protéger, même si il n’y a pas uniquement ça. Ils ont aussi combattue pour eux.

-Ma leçon t’a t’elle fait ouvrir les yeux, Athéna ?

Hypnos, il apparaît de nouveau aux chevaliers et leur déesse. Il avait un sourire triomphant, ce qui agaça Hyoga.

-Que lui avez-vous dit et fais voir ? demanda Shun
-Rien de plus que la vérité. Seiya en train de l’accuser de ça mort et de la souffrance qu’elle a infligée aux autres chevaliers qui la protégeait. Il lui a même porté un coup.
-Vous êtes fou ! Souffla Shiryu.
-Pas du tout ! Elle à laisser les chevaliers d’or et le chevalier pégase mourir ! Alors qu’elle aurait pu les sauver !

L’expression de l’homme devint douloureuse et furieuse :

-Mon maître aimait ces chevaliers, tout les chevaliers ! Il leurs avait accordé sa confiance et un sommeil toujours paisible, car c’était tout ce qu’il pouvait faire. Mais en refaisant surface, Athéna les a mené à leur perte et mon maître en est terriblement blessé ! Vous aussi, Shiryu, Hyoga, Shun et Ikki, mon maître vous aime…
-Alors pourquoi nous avoir fait faire ces rêves ravivant de profonde blessure… Souffla Ikki qui reprenait confiance.

Shun aida son frère à s’adosser à la colonne avant de regarder Hypnos, avide d’entendre ça réponse. Ce dernier avait maintenant un expression bienfaisante et demandant qu’on le croit :

-Pour vous faire comprendre. Ikki, aurais-tu perdu Esméralda et aurais-tu subit tous ce que tu as endurer sur l’île de la reine morte si tu n’étais pas devenu un chevalier d’Athéna. Shiryu, aurais-tu perdu ton maître. Et Hyoga aurais-t-il perdu ses maîtres, tout comme Shun aurai-t-il était forcé de tuer sans Athéna ?
-Ton argument est plausible Hypnos, avoua Hyoga, mais tu oublie une chose. Sans la princesse Athéna, je n’aurai jamais connu mon maître Camus. Alors même si j’ai dû le combattre et que maintenant je dois accepter ça mort, je la remercie tout de même de m’avoir permis de le connaître.
-Hypnos, appela Ikki. Oui, nous avons souffert, mais nous avons choisit de nous même d’être des chevaliers d’Athéna, et il en est de même pour les défunt chevaliers d’or. Sans elle, il à sûrement des joies et des gens que nous n’aurions pas connu, ça aurai été dommage.

Le silence ce fit, Hypnos ne savait plus quoi dire. Cependant, des pleures briser ce silence, les pleures de la princesse. Hypnos était très secoué et surpris, il en dissipa l’illusion de sa chambre des rêves. Ils se retrouvèrent près du temple du bélier, enfin ce qu'il en restait... Là ils un enfant :

-Kiki ? S’étonna Shun.

Ils étaient surpris, mais en y pensant, c’était logique de le trouver là. Il était l’élève de Mu et n’a pas participé à la guerre saint contre Hadès. Le petit apprentie leva les tête et les vit. Il courut vers Saori et les chevaliers.

-Qui c’est celui là ? Demanda-t-il en montrant Hypnos.
-Un servant du dieu Morphée, expliqua Shiryu, profondément blessé par la perte des chevaliers.
-Il en veut à Saori, car il pense que tout est de ça faute. Ajouta Shun.

Kiki observa l’homme qui restait troublé. Des larmes… Des larmes invisible que seul Kiki distinguait. Le garçon parla alors:

-Sachez que je suis le seul encor vivant à avoir très bien connut mon maître. C’était son choix de devenir chevalier d’or. Il savait qu’Athéna allait réapparaître avant de devenir chevalier. Je me rappelle d’un jour où il m’a dit, que s’il devait mourir, il serai heureux de mourir en la protégeant, après avoir rencontré les vrais chevaliers d’Athéna. Il en était à peu près de même pour les autres. Leur honneur était de combattre pour Athéna et de mourir pour elle. C’était leur choix. Oui, nous les regrettons et nous cherchons un coupable, mais il est déjà vaincu. Mais nous devons les respecter même dans la mort. Ils n’auraient pas voulu que le sanctuaire reste ainsi.

Saori leva la tête, puis se leva. Ses larmes avaient disparu. Elle sourit et remercia Kiki de ces paroles.

-Hypnos, je suis tout aussi affecté par la mort de ces chevaliers que l’est ton maître. Nous n’y somme pour rien. Les chevaliers ont continué à nous aidé même dans la mort. J’aimai Seiya mais je sais qu’il continuera à combattre avec nous car il reste dans nos cœur. Tout comme le cosmos des chevaliers d’or continuera à briller dans le ciel pour rappeler qu’il son là.
-Moi je continuerai à combattre pour Athéna par ce que c’est mon choix et pour respect de mon maître, compléta Kiki. Si la princesse le veut bien, je serai le nouveau chevalier d’or du bélier.
-Non… Murmura Hypnos, attirant l’attention. Je ne laisserai pas quelqu’un d’autre devenir un chevalier auquel mon maître s’attacherai et lui briserai de nouveau le cœur par ça mort…

Sans prévenir et en surprenant tout le monde, il attaqua. Kiki les protégea de justesse avec un « Cristal wall » qui se brisa après l’impacte, déséquilibrant le nouveau chevalier. Shiryu tenta alors l’attaque de la colère du dragon, mais elle n’eu aucun effet. Ikki voulu tenter quelque chose, mais il était encore trop faible. Le combat était inévitable…
Chacun s’observaient, cherchant l’inattention de l’autre. Kiki était encor secoué de l’attaque d’Hypnos, de plus, la protection du « cristal wall » lui était très difficile à faire et les attaques aussi, puisque qu’il n’avait pas eu le temps d’en apprendre plus. Il pouvais créer un « cristal wall » mais pas deux il ne pouvait plus réellement les aider, et ça le frustrai. Ikki était très faible, trop pour lancer une attaque. Deux chevaliers ne pouvaient donc pas entrer dans le combat, ou pas pour le moment du moins.
Shun était visiblement prés à l’action, il se protégerait ou attaquerai si besoin est. Shiryu et Hyoga concentraient leurs cosmos. Quand à Saori, elle hésitait, était-il besoin de combattre Hypnos jusqu’au bout ou y avait-il encore un moyen de l’éviter ? Tous étaient sur d’une chose, cette adversaire, n’était pas celui qu’il prétendait être et il l’un déjà vu quelques part.
Hypnos passa à l’attaque. Shun eu tout juste le temps de se mettre sur la trajectoire de l’attaque pour éviter qu’elle ne touche ses amis, risquant de leur faire perdre la concentration de leur cosmos. Shun fut violemment projeté sur les marches menant au temple du taureau.


-Shun ! S’inquiétèrent Ikki, Kiki et Saori.
-Ca… Ca ira… Halta-t-il.

Il était tout de même sérieusement touché. Mais avant qu’Hypnos ne relance une attaque grâce à sa diversion, Shun réussi à lui bloquer le bras de sa chaîne. Il regarda Shiryu puis Hyoga.

-Je compte sur vous.
-Pauvres idiots ! S’emporta Hypnos. Vous ne m’arrêterez pas. Je vous tuerai avant de tuer Athéna si vous vous mettez sur mon chemin !

Il tira sur la chaîne pour s’en défaire mais impossible, elle et Shun tenaient bon. Profitant de son impossibilité d’attaquer, Shiryu et Hyoga lancèrent leurs attaques : « Rozan Yaku Ryû Ha » « Aurora Execution ». Hypnos fut frappé de plein fouet et Shun le lâcha à temps pour ne pas être entraîné dans sa chute sur les marches menant au temple. L’adversaire se releva et se rapprocha. Les chevaliers de bronze se préparaient à l’attaque mais Saori les arrêta :

-Attendez...

Elle attendit qu’Hypnos soit face à elle. Il avait été très touché par les attaques mais il ne semblait pas y prêter attention.

-Hypnos arrête ce combat. Conseilla la déesse.
-Jamais ! Coupa-t-il.
-Je ne pense pas que ton maître t’est autorisé à venir ici. Et que penses-tu qu’il t’arrivera si tu tues mes chevaliers que tu dis être sous la protection de ton maître ? Te remerciera-t-il ? Je ne crois pas. Ne crois pas que je suis heureuse de la mort de mes chevaliers. Bien au contraire ! Si je le pouvait je donnerai mon sang, et même ma vie pour les faire revivre, mais ce n’ai pas en mon pouvoir. Retourne auprès de ton maître et dis lui que j’ai aussi mal que lui.

Athéna avait intensifié son cosmos pendent la conversation pour dissuader Hypnos de tenter une attaque, même si les chevaliers surveillaient ses gestes. Cependant, Kiki avait l’impression qu’Athéna avait intensifié son cosmos pour une autre raison… Mais laquelle ? Ce ne fut qu’un moment plus tard qu’il comprit.
Un cosmos aussi puissant que celui d’Athéna, mais pourtant différent, se faisait ressentir. Un homme à l’armure étincelante apparut montant les marches. Son cosmos étaient puissant et avait presque un pouvoir soporifique. Il avança jusqu’à Athéna.


-Pourquoi m’as-tu appelé en ce monde Athéna ? Demanda-t-il.
-Pardonne moi de sans doute te dérangé Morphée, mais cette homme nous tiens tête en disant être ton disciple.

Elle désigna Hypnos et Morphée ce se retourna pour l’observer. Rien qu’en le voyant quelques seconde son regard se figea de stupeur avant de laisser place à un colère indéchiffrable.

-Comment cette personne ose-t-elle se présenter en ce monde et prétendre encore être mon disciple ! Non Athéna, Hypnos est très loin d’être mon disciple, toutefois plus à ce jour. Il y a bien longtemps qu’il l’a était mais il c’est vite rangé au côté d’Hadés et à fait parti de ses 108 spectres. Mais il a était vaincu par le défunt chevalier pégase. C’est cependant ce que je croyais…
-Comment ?! S’écrièrent les chevaliers.

Maintenant que Morphée le disait, ils le reconnaissaient. Il était vrais qu’ils avaient du se dépêcher et que Seiya leur avaient demandé de partir devant pour s’occuper d’Hypnos. Ils ne l’avaient vu qu’une minute au plus. Furieux de la présence de ce spectre qu’ils croyaient morts ils se préparèrent à l’attaque. Morphée les en empêcha.

-Je n’ai rien pu faire lorsque que j’ai vu les derniers chevaliers d’or et Seiya mourir. Alors maintenant que je peux faire quelque chose pour eux, laisser les venger en nous débarrassant définitivement de lui…

Il regarda Hypnos d’un regard furieux. Se dernier ne pouvait pas bouger, couler sur place par la force des deux cosmos divins qui lui étaient hostiles. Déjà affaibli par l’attaque de Hyoga, Shiryu et Ikki qui s’étaient défendu à leur première rencontre, le dieu l’acheva en une seule attaque, celle du « sommeil éternel », qu’on pouvait aussi appeler le sommeil de la mort.
Maintenant tous les spectres étaient véritablement vaincu, ce qui soulagé les chevaliers, Morphée et Athéna. Le dieu se tourna vers Athéna :


-Pour le moment vous avez besoin de repos, alors je ne vous ennuierai pas avec mes paroles. Je reviendrai dans trois jours pour vous parler, à toi et tes chevaliers. Que votre sommeil sois paisible.

Sur ces mots, le dieu disparut, laissant les chevaliers, dont Kiki, retourner à la chambre du grand pop pour se reposer, Shun aidant son frère à marcher et s’installer. Athéna rejoins son temple et tous purent enfin s’endormir en paix.

Fin de la première partie...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kamus
Chevalier d'Or du Verseau Fondateur super beau goss
Chevalier d'Or du Verseau Fondateur super beau goss
avatar

Nombre de messages : 847
Signe du Zodiaque : Verseau... Le plus beau quoi ;)
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: [fanfic] Le défi des dieux   Lun 27 Juin 2005 - 0:13

c'est genial ! la suite ! la suite ^^

_________________


So as I pray... unlimited blade works !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
latortue
Chevalier d'Or des Poissons Doyen de la guilde
Chevalier d'Or des Poissons Doyen de la guilde
avatar

Nombre de messages : 1293
Signe du Zodiaque : poisson a carapace (si si ca existe...)
Date d'inscription : 16/05/2005

MessageSujet: Re: [fanfic] Le défi des dieux   Lun 27 Juin 2005 - 1:58

Ben je sais pas quoi dire...j'ai commencé a lire l histoire comme un message normal du forum....j ai terminé...en oubliant l'ecran,mon clavier et le reste...
Merci Belerianne...

_________________
LE PRESQUE ABOMINABLE ET EFFROYABLE
Mister "T"
celui qui avance plus vite que les montagnes sauf quand il est sur le dos (N.B neji ^^)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Belerianne
Guerrier Celeste
avatar

Nombre de messages : 302
Signe du Zodiaque : Scorpion ascendant Capricorne
Date d'inscription : 25/06/2005

MessageSujet: Re: [fanfic] Le défi des dieux   Lun 27 Juin 2005 - 10:35

2éme partie : sur la route des dieux

Trois jours passèrent. Les blessures physiques avaient guérit mais pas encore les blessures morales. Etonnamment, tous étaient restés au sanctuaire lors de ses trois longs jours, bien qu’ils eurent envies de rentrer « chez eux ».
Alors que le troisième jour commençait à se terminer. Que le ciel se teinté d’une couleur de feu. Morphée revint au sanctuaire, montant les marches de la chambre du grand pop dans son armure étincelante. En le voyant ce découper du ciel en flamme, Morphée dégageaient une drôle d’impression. Une beauté sommeillante, avec sa chevelure aussi argenté que les étoiles et son symbole de l’étoile d’or sur son front. Son cosmos paraissait dormir.
Les chevalier et Athéna l’attendaient dans la chambre du pop. La déesse s’avança pour accueillir son semblable d’un léger sourire et d’une révérence. Morphée la lui rendis.


-J’avais promis de revenir dans trois jours, et trois jours se sont écoulés. Athéna, tu dois savoir que les notre sont en colère. Ils n’ont pas vraiment apprécié que des mortels, guidé par une déesse, vienne faire leur tache de mettre Hadès hors d’état de nuire. Les âmes des chevaliers d’ors ont étaient damnées par Zeus. Ainsi que l’âme de Seiya. Leur âme ont étaient abandonnée la-bas.

Athéna parut terriblement choqué, même ébranlé. Shiryu sentit qu’elle était blessée de cette nouvelle. Les chevaliers ne comprenaient pas la signification du « là-bas », mais ils étaient révoltés que les âmes de leurs amis ai pu être damnés. Morphée lui-même semblait révolté, son cosmos, d’habitude si somnolant et impénétrable, le laissai paraître.

-Chevalier, reprit Morphée, la mission que je vous donne est bien plus dangereuse que votre guerre contre Hadès. De plus vous avez beaucoup déjà beaucoup enduré et vos blessures extérieures ont à peine eu le temps de se refermer. Aussi comprendrai-je que vous refusiez… Mais je vous demande de partir pour « le paradis des héros déchus » afin de récupérer l’âme des chevaliers d’or et de votre ami Seiya.
-Je dois vous prévenir que ce lieu est bien plus protégé que les enfers d’Hades, poursuivit Athéna. On appelle ce lui un paradis, mais il en ai rien. Ce lieu est une sorte de prisons où les âmes des héros déchu son tourmenté pour l’éternité. Leur seul droit est de voir la clarté du ciel, ce qui, dans un certain sens, rend leur supplice bien pire. Pour tout vous avouer, je ne suis pas sûr que nous puissions arriver à ramener l’âme de nos amis de ce lieu… Mais les savoirs là-bas me révolte.
-Mon maître et les autres chevaliers reprendrons-t-il vie si on arrive à les sortir de là ? Demanda Kiki.
-Si nous les ramenons sur Terre, je pense pouvoir y arriver à l’aide de mon sceptre. Répondit Saori.

Kiki et les deux dieux regardèrent les chevaliers. Il fallait qu’ils acceptent cette mission s’ils voulaient sauver leurs amis. De plus, ils étaient furieux que de dignes chevaliers soient envoyés dans un lieu pareil. L’affront de pouvait pas continuer !

-Nous acceptons d’y aller ! Lança Hyoga. N’est-ce pas les amis ?
-Oui !
-Merci chevalier, sourit Morphée. Je vous souhaite de sauver leurs âmes. Athéna vous guidera dans votre chemin. Dorénavant, tout ce que je puis faire, est de couvrir votre arriver le plus longtemps possible. Bonne chance chevalier, puissiez-vous réussir.

Il s’inclina légèrement face à Athéna, puis disparu dans une lueur argent. Kiki les regarda et leur fit part de son regret de ne pouvoir les accompagner. Il n’avait pas d’armure, il n’aurait pas pu résister aux attaques aussi bien qu’eux, et son expérience était encore trop faible pour leur être utile. Saori et les chevaliers lui confièrent alors le temple, puis ils partirent en direction du paradis des héros déchu, Athéna à leur tête, tous déterminer à ce battre pour sauver leurs amis, même si la mort les attendait.

Ils parcoururent un long chemin. Seul Saori savait où ils allaient, mais peu importait puisqu’ils avaient toute confiance en elle. Sept jours passèrent ainsi, sept long jour à faire des tour et des détoure le long de chemin plus ou moins connu et anciens. Ils finir par arriver face à une très haute tour. Saori se retourna alors vers ses chevaliers :

-Nous atteindrons les cieux à l’aide de cette tour. Il y aura une moindre distance à parcourir de son sommet. Si je vous avais laissé y aller avec votre cosmo énergie comme pour le royaume d’Hadès, vous vous seriez fait prendre à coup sûr.

Elle se retourna de nouveau et entra dans la tour, immédiatement suivit de Shun, Ikki, Hyoga et Shiryu. La tour était vide et délabré, visiblement abandonné depuis très longtemps. Un grand escalier semblait monter jusqu’au ciel en emmenant la tour avec lui. Ils montèrent cet escalier. Etrangement, plus ils se rapprochaient de ciel, plus Shun se sentait mal. Il revoyait dans ça tête les images de sa possession par Hadès, comme un interminable cauchemar. Shun finit par s’arrêter, prenant sa tête entre ses bras. La voix d’Hadès raisonnait à présent en lui. Les même mot, la même voix, la même tonalité que lors de ça possession :

-Même si je meurs et que tu restes en vie tu ne pourras jamais oublié !

Ikki s’arrêta pour regarder son frère, inquiet, les autres s’arrêtant aussi. Shun se revoyait en train d’attaquer ses amis sous la possession d’Hadès. Shun était paralysé. Ikki se rapprocha :

-Shun ?

Il ne répondit pas, se contentant de gémir et de secouer la tête pour essayer de faire disparaître les images.

-Que lui arriva-t-il ? Interrogea Hyoga.
-Je sens de la peur autour de lui. Quelque chose doit le terroriser à l’intérieur de lui-même. Commenta Shiryu.
-Hadès… Murmura Shun.

Ce simple mot suffit à Saori pour comprendre, mais pas les chevaliers. Ils ne savaient pas qu’une personne possédée par Hadès était condamnée à être maudit s’il survivait. Saori s’approcha avec son sceptre, faisant s’écarter Ikki. La déesse place son sceptre contre la poitrine et Shun et usa de son cosmos divin. Shun fini par se sentir mieux. Les images et la voix d’Hadès avaient disparu.

-Merci princesse.

Saori sourit mais dit :

-Je n’ai fait qu’enfouir la malédiction au font de toi. Si un choque particulier t’arrivait, elle pourrait de nouveau opérer.

Elle regarda vers le haut, on voyait la fin de l’escalier. Son regard revint sur Shun :

-Nous sommes presque arrivé. La proximité des dieux a réveillé la ce qui restait d’Hadès en toi. (elle se tourna vers les autres) Morphée à réussis à masquer notre approche, mais une fois aux cieux, ils sera très difficile de nous dissimuler. Vos adversaires seront semi divin, et même divin ! Je ne pourrait rien faire pour vous, car je suis moi-même une déesse, et là-haut réside ma famille. Êtes-vous toujours sûr de vouloir continuer ?

Les chevaliers acquiescèrent faisant sourire leur déesse, mais aussi la faisant regretter de les avoir mener si loin. Ils reprirent leur ascension en silence.
Quelques minutes leur suffirent pour être sur le toit de la tour. Ils usèrent alors de leurs cosmo énergie pour monter au domaine des dieux. Le plus dur allez commencer…

Morphée les se dressait devant eux lorsqu’ils arrivèrent. Il n’avait pas son armure cette fois-ci, et personne d’autre n’était là. Il sourit :


-J’ai réussis à couvrir votre arrivé jusque là. Mais maintenant, je ne peux plus rien faire. Athéna, te souviens-tu où se trouve le paradis des héros déchus ?
-Oui, je m’en souviens bien.
-Dans ce cas, je n’ai rien à t’apprendre. Tu sais déjà tout. Je vous souhaite bonne chance.

Le dieu s’éloigna alors d’eux, les laissant seuls. Saori resta à un moment immobile, à observer les lieux, les chevaliers faisaient de même. Les lieux semblaient être entièrement fait de marbre de différente couleur. Une lumière chaude et rassurante baigner le décor. Une douce atmosphère apaisante occupait les lieux. C’était très plaisant et paisible ici, nombre de souvenir revinrent à Athèna, elle était là d’où elle était originaire. C’est ici qu’elle avait tout appris. Mais elle et ses chevaliers n’avaient pas le temps de se laisser allé. Ils ne devaient pas non plus se laisser prendre par la beauté et la paix des lieux. Ils avancèrent, déterminé, ce demandant qui sera leur premier adversaire.

Ils ne rencontrèrent personne durant un moment. Ils réussirent donc à arriver près de la porte du paradis des héros déchus. Saori observa la porte avec tristesse. La porte était immense, semblant être faite de multiples morceaux d’étoiles noires. Elle se tourna vers ses chevaliers :

-Derrière cette porte, il vous attend sept gardiens. Je ne peux pas vous dire qui, car ils changent régulièrement.

Elle s’arrêta de parler et regarda derrière elle. Shiryu aussi avait pressentit une présence. Quelqu’un arrivait, mais Athéna empêchas ses chevaliers d’avancer. L’homme était grand, avec de très longs cheveux bleu très clair tirant sur le blanc, les yeux bleu ciel, il était vêtu d’une grande toge blanche et l’image d’un brillant soleil ornait son front, montrant son plus haut statut.

-Zeus, mon père ! S’exclama Athéna en faisant la révérence.

Ses chevaliers firent de même, par respect, bien qu’ils étaient extrêmement tendu de ça présence. Zeus sourit à sa fille :

-Athéna, mon enfant. (Il lui prit la main pour la faire relever) Quel bonne surprise de te voir parmi nous. (Il regarda les chevaliers, fâcher) Pourquoi les as-tu amené ici ? Aurais-tu toi aussi l’intension de défier les tiens ?
-Non père, je voulais simplement les enfermer moi-même au paradis des héros déchu.

Zeus examina le visage de sa fille, septique. Quand aux chevaliers, ils étaient consternés, leur déesse les avaient-ils donc trahi ? Ce n’était pas possible ! Le Dieu des dieux fini par sourire et embrassa le joue de sa fille.

-Je suis heureux que tu sois revenue à la raison. J’ai était terriblement affecté d’apprendre que ma propre fille avait refusée de se plier à la volonté de son père et ses frères. Mais je vois que c’est fini.
-Oui père. Je comprends maintenant ce que vous vouliez faire. Aussi père te demanderai-je de me laisser les enfermer moi-même dans ce paradis infernal.
-Bien sûr mon enfant. Laisse-moi t’accompagner dans ta démarche.

Zeus et Athéna passèrent devant les chevaliers sans les regarder. Le cosmos du Dieu leur était hostile, alors que celui de la déesse était indifférent. La porte s’ouvrit sous l’ordre du Dieu des dieux et une lumière à la fois douce et inquiétante fila par l’ouverture. Athéna tourna la tête vers les chevaliers :

-Shiryu, Hyoga, Shun, Ikki ? Venaient donc nous précéder.
-Obéissez donc au moins à celle que vous êtes censé protéger. Gronda Zeus

Les chevaliers froncèrent des sourcilles mais n’eurent d’autre choix que de leurs obéir. Et ils commencèrent donc à passer les portes à leurs gardiens.

Derrière la première porte se trouvait le premier gardien. Saori et les chevaliers furent extrêmement surpris en reconnaissant l’homme qui souriait à la déesse :


-Abel ? S’étonna Saori. Je te croyais mort !
-L’âme d’Abel est venue me trouver, au bout de quelques années, pour me demander le pardon, expliqua Zeus. J’ai donc accédé à sa requête de retrouver un corps et ses pouvoirs. Depuis, il est le gardien de la première porte.
-Athéna, continua Abel, ma très chère petite sœur. Je suis heureux de te revoir. Sache que je suis désolé de ce que j’ai fait lors de notre dernière rencontre…

Il avait prit les main de sa sœur et eu les larme aux yeux. Athéna le prit dans ses bras et lui répondit en souriant :

-Ce n’est rien grand frère. C’est oublié. Aujourd’hui je viens amener les chevaliers au paradis des héros déchus. J’ai réalisé que vous aviez raison… Aussi je reviens chez moi.
-J’en suis si heureux petite sœur.

Il serra sa bien aimée sœur, regardant les chevaliers d’un œil noir. Shiryu, Hyoga, Shun et Ikki comprirent bien vite qu’il ne leur pardonnait pas de l’avoir tué, seulement, il obéirai à sa famille, c’était certain. Zeus, lui, souriait de voir ses enfants aussi heureux de se revoir, et surtout, qu’ils soient réconciliés, ne gardant aucune rancœur des évènements passés. Mais il savait lire les pensé, aussi su-t-il qu’Abel gardait toujours une profonde hostilité envers les chevaliers. Aussi informa-t-il :

-Abel, si jamais tu gardes de la rancœur à l’encontre des chevaliers, tu pourras te venger. Mais pas ici, pas sous les yeux de ta sœur. Même si elle les à livré à nous, ils restes ses chevaliers, ceux qui l’on protéger durant plusieurs années.
-Bien entendu père. Jamais je n’oserai faire de peine à ma très chère sœur en attaquant ses chevaliers sous ses yeux.

Zeus acquiesça. Abel sourit à sa sœur avant de la lâcher, puis demanda à son père:

-Père, puis-je vous accompagnez derrière les autres portes ?
-Bien sûr mon fils.
-Merci père.

Ils reprirent donc leur marche, les chevaliers restant devant eux. Les gardiens d’Athéna ne pouvaient réellement rien faire ! Même si Athéna était toujours de leur côté, elle ne pourrait jamais s’opposer à son père et son frère.
Maintenant, un autre dieu les attendait derrière la seconde porte.

La deuxième porte s’écarta, ouvrant une fois de plus sur une sorte de sas gardé par un autre dieu. Une fois de plus, Athéna et ses chevaliers eurent une grande surprise. Poséidon, l’empereur des mers et des océan ce tenait face à eux, son trident à la main. Zeus prit les devant sur la question de sa fille :


- J’ai libéré Poséidon d’où il était pour garder les deuxièmes de Grandes Portes. Son combat contre vous m’avait permis de mesurer sa puissance et ses faiblesses. Il n’a toujours pas failli de sa tâche depuis sa libération. Mais s’il tentait quelque chose, les autres gardiens, où dieux, pourront le maîtriser. Cependant je pense que ce ne sera jamais nécessaire. Il peut tout de même veiller sur son empire d’ici.

Poséidon avait patiemment laissé son frère parler en regardant Athéna. Abel le surveillait, il n’avait toujours pas confiance en lui. Poséidon salua la déesse et lui présenta ses excuses :

-Je sais que cette histoire est déjà terminé, mais je veux de nouveau te présenter mes excuses pour ce que j’ai fais.
-Tu es déjà pardonné. Sourit Athéna.
-J’en suis soulagé.

Zeus regarda son frère et sa fille pendant un moment : plus aucun mot. Les chevaliers quant à eux, n’étaient pas rassurés de voir ici deux divinités qu’ils croyaient avoir vaincu. Ils se doutaient que d’autre les attendait. Cependant Ikki parla :

-Devons-nous nous attendre à d’autres dieux que nous avons déjà vaincus ?
-Silence !

Abel entama un geste pour frapper le chevalier mais Zeus l’arrêta. Athéna jeta un regard désapprobateur au chevalier alors que Zeus avait un regard impassible. Ce qui en général n’était pas très bon signe. Le Dieux des dieux s’approcha du chevalier et lui posa la main sur l’épaule. Le chevalier du phoenix essaya de se dégager mais sans succès.

-Il ne me semble pas vous avoir dit que vous pouviez parler. Cela ne vous regarde pas si j’ai permis à ceux de ma famille que vous avez vaincu de garder les Sept Grandes Portes ?
-Disons que c’est frustrant de voir que ceux que nous avons déjà vaincus nous barrer encore le chemin.
-Comment oses-tu parler ainsi à notre Père et Maître ! Se fâcha Abel.
-Ikki, garde le silence s’il te plaît. Demanda Athéna.

Ikki reprit le silence et essaya une fois de plus de se dégager de l’emprise de Zeus. Il le lâcha. Shun vint au côté de son frère pour vérifier qu’il aller bien, il lui fit signe que oui.
L’incident passé, Poséidon regarda le groupe franchir la troisième porte, Abel tenant le main de sa bien-aimée sœur et surveillant les chevaliers avec méfiance.


_______________
Je n'ai rien écris de plus pour le moment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kamus
Chevalier d'Or du Verseau Fondateur super beau goss
Chevalier d'Or du Verseau Fondateur super beau goss
avatar

Nombre de messages : 847
Signe du Zodiaque : Verseau... Le plus beau quoi ;)
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: [fanfic] Le défi des dieux   Lun 27 Juin 2005 - 14:09

tj aussi excellent... on en veut encore ^^

_________________


So as I pray... unlimited blade works !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Virgo No Shaka
Chevalier d'Or de la Vierge Etre le plus proche de Dieu
Chevalier d'Or de la Vierge Etre le plus proche de Dieu
avatar

Nombre de messages : 759
Age : 31
Signe du Zodiaque : Vierge : le plus noble et pur ^^
Date d'inscription : 11/05/2005

MessageSujet: Re: [fanfic] Le défi des dieux   Mer 29 Juin 2005 - 22:53

c clair que ta fic est vraiment bien.
Tu l'a déja mise sur un site web Saint Seiya?
je donne ce site qui pour moi est le meilleur site Saint Seiya surtout au niveau des fanfics.
http://www.saintseiya.com/
j'ai lu toutes les fics finis et pas mal de fics en cours ou abandonnées et franchement il y en a qui valent le détour. je vous les conseils.

_________________


Virgo No Shaka
"L'Histoire est comme une valse sans fin dont les trois temps, la guerre, la paix et la révolution, s'enchaineront à jamai
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kamus
Chevalier d'Or du Verseau Fondateur super beau goss
Chevalier d'Or du Verseau Fondateur super beau goss
avatar

Nombre de messages : 847
Signe du Zodiaque : Verseau... Le plus beau quoi ;)
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: [fanfic] Le défi des dieux   Jeu 30 Juin 2005 - 14:55

permet moi d'illustrer ton recit par des images

Zeus :

Hypnos :

_________________


So as I pray... unlimited blade works !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Belerianne
Guerrier Celeste
avatar

Nombre de messages : 302
Signe du Zodiaque : Scorpion ascendant Capricorne
Date d'inscription : 25/06/2005

MessageSujet: Re: [fanfic] Le défi des dieux   Ven 1 Juil 2005 - 17:05

Dsl ça me démangeait trop mais je vous met le hors séries que j'avais fait il y a longtemps. Alors attention, pour les inconditionnels de Seiya je vous préviens que vous risquer d'être fâcher :D Razz

____________________________

Dans la série, Belerianne écrit n'importe quoi:

[…] La princesse Saori fini par tomber à genoux, mine de rien, Seiya pesait lourd avec son armure. De sa main, elle retira un peu de sang du visage de Seiya, déjà qu'il était moche avec plein de sang partout c'était pire. Les yeux de la princesse étaient fixés sur lui mais son regard était perdu dans le lointain.
Aucun chevalier ne bougea pour l’aider. Ils savaient que cette fois, ils ne pourraient lui être d’aucune aide, du moins pas pour le moment. Tous savaient bien ce qu’elle pouvait ressentir, quel soulagement c'était que ce chevalier soit mort! Finalement, cette guerre avait eu un avantage.

Des bruits de pas précipités ce firent entendre au loin. Personne ne leva la tête pour voir de qui il s’agissait, ils s’en doutaient bien. Athéna n’avait eu aucune réaction, comme si rien ne l’entourait, comme si elle était parfaitement seule. Nos quatre compagnons eux, voulurent se précipiter vers les nouveaux arrivant, leur dire que Seiya était enfin mort. Qu'il y avait ce nul en moins dans le groupe! Mais ils étaient incapable debouger, ils attendirent donc…:


-Princesse Saori, chéri ! Appela une voix que tous reconnu comme étant celle de Shina.

Saori n’eu pas plus de réaction en entendant cet appelle qu’elle n’en avait eu en entendant les bruits de pas. Par contre les chevaliers ne purent s'empêcher de pouffer de rire d'entendre Seiya être appeler ainsi.
Les pas se firent de plus en plus proche, jusqu’à ce qu’ils s’arrêtent. Les chevaliers tournèrent un instant le regard vers eux pour voir Shina, Marine, et trois autres chevaliers de bronze. Ils remarquèrent vite le soulagement du visage des trois chevaliers de bronze, ne pouvant voir celui des filles sous leur masque.


-Il… Il est… mort ? Bredouilla Marine. C'est vrai?
-Que c’est il passé ? Demanda Shina. Me dite pas que cet andouille est mort? Sur qui je vais me défouler maintenant! Remarquez, ça me soulage un peu.

« Que c’est il passé ? » Ils attendaient tous cette question. Ikki fixait la déesse Athéna, qui n’avait toujours pas bougée, et ne semblait attendre qu'elle réponde. Hyoga et Shun, qui avaient détourné leur regard du groupe d’arrivant, ne cessaient de pouffer de rire. Seul Shiryu n’avait pas bougé ou et pourtant il ne répondait pas non plus, semblant laisser le privilège aux autre de répondre.

Voyant qu'aucune réponse ne viendrait, Marine s'approcha, d'un pas mal assuré du corps, de Seiya. Elle s'agenouilla et lui prit la main. Tout son corps se contracta et cessa brusquement de bouger durant une fraction de seconde. Lentement, comme sortie d'un rêve, Athéna leva le regard sur Marine.


-Mais c'est pas vrai! Râla le chevalier d'argent. Ce crétin est toujours en vie!

En effet, Seiya avait bougé et commençait à se réveiller. Il était juste dans le coma, ayant laisser de faut espoir aux autre qui poussèrent des exclamations de déception. Seiya ouvrit les yeux et sourit à Soari et demanda à l'assemblée:

-Vous allez bien tout le monde?
-Non! Répondirent-t-ils en cœur.
-Ba, pourquoi?
-Par ce que t'a pas voulu crever! Répondirent-t-il à nouveau à l'unisson.

Et sur ces mots, ils se jetèrent tous sur lui pour le tuer définitivement.

__________________
PS: merci pour ces belles images Kamus77
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kamus
Chevalier d'Or du Verseau Fondateur super beau goss
Chevalier d'Or du Verseau Fondateur super beau goss
avatar

Nombre de messages : 847
Signe du Zodiaque : Verseau... Le plus beau quoi ;)
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: [fanfic] Le défi des dieux   Ven 1 Juil 2005 - 18:13

Pttddrr trop bon

p.s : Si tu dit de mal de Hyoga je censure hein 1321
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Virgo No Shaka
Chevalier d'Or de la Vierge Etre le plus proche de Dieu
Chevalier d'Or de la Vierge Etre le plus proche de Dieu
avatar

Nombre de messages : 759
Age : 31
Signe du Zodiaque : Vierge : le plus noble et pur ^^
Date d'inscription : 11/05/2005

MessageSujet: Re: [fanfic] Le défi des dieux   Ven 1 Juil 2005 - 21:14

j'ai vraiment aimé, c'est trippant

_________________


Virgo No Shaka
"L'Histoire est comme une valse sans fin dont les trois temps, la guerre, la paix et la révolution, s'enchaineront à jamai
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Belerianne
Guerrier Celeste
avatar

Nombre de messages : 302
Signe du Zodiaque : Scorpion ascendant Capricorne
Date d'inscription : 25/06/2005

MessageSujet: Re: [fanfic] Le défi des dieux   Ven 1 Juil 2005 - 23:52

Kamus77 a écrit:
Pttddrr trop bon

p.s : Si tu dit de mal de Hyoga je censure hein 1321

Il m'est totalement impossible de dire du mal de mes trois bronzes favoris:
--> Hyoga, Shun, Shiryu
(je peux pas en prendre qu'un j'adore trop les trois)

Alors t'inquiète pas Kamus, ça ne risque pas Smile Il y a juste Seiya que je peux pas supporter :D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Virgo No Shaka
Chevalier d'Or de la Vierge Etre le plus proche de Dieu
Chevalier d'Or de la Vierge Etre le plus proche de Dieu
avatar

Nombre de messages : 759
Age : 31
Signe du Zodiaque : Vierge : le plus noble et pur ^^
Date d'inscription : 11/05/2005

MessageSujet: Re: [fanfic] Le défi des dieux   Dim 3 Juil 2005 - 20:11

je voulais savoir tu as mis combien de temps pour écrire tout cela?
tu as écrit d'autre chapitre?Ta fic est-elle fini ou en cours?
Tu avais demandé des avis à d'autre personne qui font des fanfics?
Désolé je suis curieux mais comme j'ai écrit moi aussi une fic je me posai des quest (même si je n'y ai plus touché depuis kelke mois lol )
En tout cas ta fic est géniale et j'attends la suite avec impatience, et je suis sur de n'être pas le seul.

_________________


Virgo No Shaka
"L'Histoire est comme une valse sans fin dont les trois temps, la guerre, la paix et la révolution, s'enchaineront à jamai
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
scout55
Chevalier D'argent
avatar

Nombre de messages : 75
Signe du Zodiaque : Rhones-Alpes
Date d'inscription : 03/07/2005

MessageSujet: Re: [fanfic] Le défi des dieux   Mar 5 Juil 2005 - 15:40

vraimen génial
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jsfofo.forumactif.com
Belerianne
Guerrier Celeste
avatar

Nombre de messages : 302
Signe du Zodiaque : Scorpion ascendant Capricorne
Date d'inscription : 25/06/2005

MessageSujet: Re: [fanfic] Le défi des dieux   Mar 5 Juil 2005 - 19:06

Heu... Ca fait des mois en sachant que j'en fait un bout tout les mois justement :DD
Je n'ai pas beaucoup de temps donc je fais petit bout par petit bout. Et ça c'est tout ce j'ai écris pour le moment Smile

Merci pour les encouragements Wink Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
scout55
Chevalier D'argent
avatar

Nombre de messages : 75
Signe du Zodiaque : Rhones-Alpes
Date d'inscription : 03/07/2005

MessageSujet: Re: [fanfic] Le défi des dieux   Mar 5 Juil 2005 - 19:37

mé di moi tu T gavé a tapé ton text di donc!!!!!é moi ossi je me sui gavé a lir!!! lol
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jsfofo.forumactif.com
Belerianne
Guerrier Celeste
avatar

Nombre de messages : 302
Signe du Zodiaque : Scorpion ascendant Capricorne
Date d'inscription : 25/06/2005

MessageSujet: Re: [fanfic] Le défi des dieux   Ven 8 Juil 2005 - 23:47

Troisième porte, troisième surprise. Eris, déesse à la pomme d’or, déjà vaincu par les chevaliers, ce tenait face à eux. Hyoga ne pu contenir ça colère et frappa la déesse sans prévenir. Ce geste surpris tout le monde, mais Eris a bien encaissé le coup. Zeus lui, attrapa Hyoga par l’épaule et serra, prés à lui briser l’os, mais prévenant de sa voix calme :

-Je n’accepterai aucune violence ici, surtout pas engagé par l’un d’entre vous.
-Je ne lui pardonnerai jamais le mal qu’elle a fait ! Rétorqua le chevalier des glaces.
-Calme-toi Hyoga. Demanda Shun
-Silence chevalier d’Andromède, dit calmement Zeus.
-Hyoga, intervint Athéna. Calme-toi, Eris n’est plus ton ennemie à présent.

Mais Hyoga ne parvenait pas à ce calmer, la pression que Zeus exerçait son épaule qu’il s’apparaître à brisé lui faisait mal, mais peu lui importait. Eris ce tenait face à lui, souriant d’un sourire sournois. C’était comme si elle lui intimait l’ordre de se rebeller tout en ravivant ses souvenirs sur leur bataille passé. Zeus donna un dernier avertissement :

-Je te conseille d’au moins obéir à celle que vous étiez sensé protéger.
-Jamais je ne pourrais lui pardonner ! Tempêta le chevalier en fixant Eris.
-Tant pis pour toi…

Zeus resserra sa prise et l’épaule de Hyoga se brisa dans un horrible craquement, accompagner par un cri de douleur. Le chevalier du cygne tomba à genou, rejoint par ses amis :

-Tu n’aurais pas du faire ça, tu ne devrai pas t’énerver.
-Je n’y peux rien, c’est plus fort que moi…

En même tant, Zeus demandai à sa fille :

-Athéna, comment as-tu pu être protégé par des chevaliers aussi indiscipliné ?
-Pendant le combat, ils savent se montrer efficaces, et ils m’ont toujours bien comporté envers moi. Je suis désolé de leur présente conduite.
-Un vrai chevalier ne devrai pas s’emporter ainsi ni désobéir à sa déesse, fit remarquer Abel. Quel que soit les circonstance.
-Les chevaliers doivent obéir à tout dieux, renchérit Eris. Tout dieux leurs sont supérieurs, ils doivent obéir à tous comme ils obéissent à Athéna.

Tous les chevaliers étaient piqués à vif, surtout Hyoga et Ikki. Zeus, lui, ne disait rien et se contenté d’observer les quatre personnes visées. Ikki se mis soudain à rire, impressionnant les divinité. Le phoenix se leva et fixa ses supérieurs :

-Vous êtes peut-être supérieurs. Vous être peut-être des dieux : Abel, Zeus, Eris… Mais nous avons jurée fidélité à Athéna, pas à vous ! Peu m’importe que vous soyez de la famille à Athéna, je ne vous obéirai pas. Encor moins que j’obéi à Athéna.

Athéna c’était figé, Abel fusillait Ikki du regard, Eris rageait et Zeus restait immuablement calme. Abel raga :

-Comment oses-tu t’adressez à nous de la sorte ! De nous faire un tel affront ! Tu sembles oublier où tu te trouves chevalier. Tu est au royaume des dieux, vos cosmos, aussi puissant soit-ils, ne peuvent pas rivaliser avec ceux de plusieurs dieux. Alors ne provoquez pas notre colère.
-C’est vous qui n’aviez pas comprit dés le départ cette évidence. Maintenant que je vous la dit vous ne le supportez pas. Vous ne supportez pas qu’on vous tienne tête.
-Niisan’…
-Silence Shun, laisse-moi leur dire ce que j’ai à dire.
-Ikki ! Interrompit Athéna.

La déesse c’était avancée vers lui, le visage de marbre. Puis soudain, elle gifla le chevalier qui n’en revint pas, les autres non plus.

-Ikki, tu n’es pas en droit, ni en posture pour nous dire cela. Je ne te pardonnerai pas non plus de t’adresser aux miens de la sorte. (Elle se tourna vers Zeus) Père, je crois qu’il est tant de nous dépêchez t’atteindre l’Ultime Porte.
-C’est vrai. Vient ma fille, je vais nous transporter face à l’Ultime Porte avec mon cosmos.

Zeus, Able et Athéna encerclèrent les chevaliers, et le Dieux des dieux usa de son cosmos pour les transporter directement devant cette fameuse Ultime Porte…

Fin de la deuxième partie


_____________________
Un piti bout fait sur mon temps libre ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Belerianne
Guerrier Celeste
avatar

Nombre de messages : 302
Signe du Zodiaque : Scorpion ascendant Capricorne
Date d'inscription : 25/06/2005

MessageSujet: Re: [fanfic] Le défi des dieux   Lun 29 Aoû 2005 - 11:40

Petit conseil pour ceux qui ont les musiques, à lire avec "Mother complex" et "sacrifice" en font. Et si vous êtes sensible, gardé un mouchoir pas loin hihi.

3éme partie : Le paradis des héros déchus


Arrivé face à la dernière des Sept Portes les chevaliers et leur déesse l’observèrent. En faite il n’y avait rien qui ressemblait à une porte ! On aurait plutôt dit qu’ils étaient arrivés à la frontière du domaine des dieux, car rien n’était visible. Il n’y avait que la sixième porte se trouvant derrière eux. Etrangement, les chevaliers ne virent aucun gardien. Zeus leurs expliqua :

-Je suis le gardien de cette dernière porte, je l’ai toujours était…

Abel observa sa bien aimée sœur, elle paressaient pensive et presque triste. Il posa sa main sur son épaule et lui demanda :

-Qui a-t-il petite sœur ?
-Excuse-moi Abel, c’est que je dois avouer que je regrette un peu de précipiter mes chevalier dans ce lieu. Ils ont tant de fois risqué leur vie pour moi et en mon nom…
-Je comprend mon enfant, intervint Zeus. Dit toi qu’ils pourront rejoindre les chevaliers d’or, et surtout que tu pourras aller les voir si tu le désir.
-Merci père.

Les chevaliers furent surpris de voir leur déesse embrasser le Dieu des dieux sur la joue. Mais après tout, n’était elle pas sa fille ? Elle n’avait pas vu sa famille et n’était pas revenue chez elle depuis si longtemps. En regardant les trois dieux avec plus d’attention, on pouvait voir une famille heureuse de se retrouver. Cette vision fit soudain peur aux chevaliers ! Et si Athéna décidait de rester parmi les siens après tant d’années ? Si ils lui effacé tout souvenir des chevaliers qui l’avaient si fidèlement servit ? Ces alors que leur mission leur parut trop dangereuse, qu’il fallait mieux repartir. Mais il étaient allez trop avant, ils ne pouvaient plus faire marche arrière. Zeus prit soudain la parole pour s’adresser à sa fille :

-Je vais t’ouvrir le portail et je te laisserai accompagner seule tes chevaliers. Peut-être voudras-tu parler aux chevaliers d’ors.
-Merci père, vous ne pouviez me faire plus plaisir.

Zeus sourit puis se tourna de nouveau vers ce qui devait être les portes du paradis maudit. Il tendit sa main et un symbole des anciens temps oublié apparu. Le symbole brilla d’une lumière aveuglante, impossible à regarder pour les chevaliers. Une lorsque qu’il purent de nouveau regarder, un passage noir c’était formé. Zeus fit signe à sa fille d’entrer et Athéna le remercia d’un signe de tête. Elle regarda ses chevaliers, leurs faisant comprendre sans un mot qu’ils devaient passer devant. Les Bronze Saint précédèrent alors leur déesse. Juste avant de traverser le passage, Athéna regarda Abel et lui adressa un sourire qu’il lui rendit, puis elle entra.
Les chevaliers étaient figés de stupeur, et la princesse Saori le fut aussi. Les âmes des chevaliers d’or, des guerriers divin, des marinas, des spectres et d’anciens chevaliers oublié erraient dans un décor sombre et désolé où seul un ciel de nuit était visible. Les âmes avaient des traits inexpressifs et un regard lointain. Athéna eu un haut le cœur d’effrois. Sa main tenant son sceptre tremblait, ainsi que tout son corps. Des larmes coulèrent sur son visage. Tandis que Shun était tombé à genoux, se tenant la tête, tremblant d’un effrois intérieur et de l’horreur de ce spectacle. Le choc émotionnel dû à la vision de ce paysage de désolation avait brisait le sortilège d’Athéna. Shun n’entendait plus rien que la voix d’Hadès, ce que personne n’avaient remarqué. La voix tremblante d’Athéna détachèrent Ikki, Shiryu et Hyoga de leur vision d’horreur :


-C’est inadmissible, c’est horrible… Tout ces pauvres chevaliers, mes chevaliers… Comment mon père peut-il tolérer ça… Et mes frères et sœur ?

Soudain la déesse vit une autre silhouette familière :

-Seiya !

Elle courut vers l’âme de l’ancien chevalier pégase, suivit par ses compagnons, sauf Shun. L’âme du chevalier de bonze était assise au pied d’un arbre mort. Saori s’agenouilla face à lui, il n’eu aucune réaction, son regard fixé sur le sol. La déesse appela alors son âme à réagir à sa présence grâce à son cosmos, emplit de douceur et d’amour. L’image de Seiya leva alors la tête vers celle qui l’appelait, le regard lointain. Cependant, elle put y voir une lueur de joie et un appelle à l’aide. C’est alors que la jeune femme, grâce à son sang divin, enlaça son chevalier et lui murmura :

-Nous sommes venu te chercher, toi et tout les autres chevaliers. Reste encore patient, tes compagnons vont rester avec toi durant un moment. Le temps que notre mensonge envers les miens puisse agir… Ho Seiya…

Athéna était si heureuse de retrouver son chevalier, mais aussi horriblement blessé de le voir ainsi, ainsi que les autres chevaliers. Les Bronze Saint l’ayant accompagné jusqu’à lui sourirent de voir leur compagnon. Mais soudain, un hurlement retentit dans le silence de mort des lieux :

-Silence !!!!!!!!

S’en suivit d’un effroyable explosion d’un cosmos. La puissance du cosmos dégager fit trembler les lieux et ébrécha le portail. Hyoga, Ikki et Shiryu furent touché de plein fouet, ébréchant leur armures et les envoyant heurter le sol des maîtres plus loin. Les âmes aussi furent pousser, et même Athéna, qui elle ne bougea pas, fut blessé par l’attaque. Ikki se releva tant, légèrement vacillant et cria à l’auteur de ce crit et cette attaque :

-Shun, calme toi ! N’écoute pas et ne regarde pas ce qu’Hadès de montre !

Voici quel était la véritable puissance du chevalier de bronze d’Andromède. Le cosmos de Shun, allongé sur le sol, brûlait avec bien plus d’intensité que jamais. Derrière lui, la jeune Andromède elle-même semblait être apparue, pleurant et suppliant qu’on la délivre. Le chevalier de bronze pleurait dans une semi inconscience. Ses yeux laissant transparaître une souffrance intérieure mortelle.
Ikki ne supportait pas de voir son frère ainsi et jamais il ne fut plus inquiet pour lui. Hyoga et Shiryu aussi avaient peur pour leur ami. Quant à Athéna, elle craignait le pire, car elle savait que majoritairement deux choses pouvaient se produire : Ou Shun allait sombrer dans une souffrance mental qui le tuerai, ou il laissait Hadès s’emparer de son esprit et à nouveau son corps. Si la deuxième hypothèse se révélai être la bonne alors Saori craignait de ne plus pouvoir faire quoi que ce soit pour le libérer de cette emprise. Seulement elle et ses chevaliers savaient pertinemment que Shun préférait mourir en souffrant mille supplices, que d’être de nouveau posséder par le seigneur des ténèbres.
Athéna et ses guerriers avancèrent jusqu’au corps de Shun dont le cosmos flambait toujours avec tant de force. L’image de la belle Andromède pleurait mille larmes. Un murmure se fit alors entendre alors que Saori et ses compagnons s’agenouillaient près de lui :


-Niisan’… Gomen nasaï…

Shun n’eu pas besoin d’expliquer à quoi était destiné ce pardon, Ikki savait qu’il voulait s’excuser de toute les fois où il lui avait causé du soucie. Ainsi que pour maintenant, il lui demandait pardon de ne pas être assez fort pour écarté le danger qu’il représentait pour eux et pour lui.

-Ne t’inquiète pas petit frère, je suis et j’ai toujours était fier de toi. Ne t’en fait pas je réussirais a t’aider à te sortir de là, même si je dois y laisser là vie !
-Niisan’…

Ikki pleurai, voir son frère souffrir ainsi était un supplice. Il s’en voulait de ne rien pouvoir faire, l’illusion du phénix ne pourrai même pas lui être utile, le pouvoir d’Hadès était trop puissant ! Hyoga ne savait pas quoi faire non plus. Il avait bien pensé utiliser le froid pour l’aider, mais comment ? Quant à Shiryu, il était presque heureux de ne rien voir. Mais le manque de ce sens le rendait bien plus sensible à la douleur de Shun, il pouvait presque la sentir, et sentir la présence d’Hadès dans la pièce même.

-Hyoga… Appela Shun.
-Oui ?
-Emprisonne-moi dans un cercueil de glace s’il te plaît…
-Mais…
-Je t’en pris Hyoga. Paralyse mon corps et mes sens dans la glace…
-Même si je le faisais, ton esprit continuerai d’être tourmenté par Hadès. A moins que…

Hyoga comprit soudain ce que désirai Shun :

-Non ! Shun ne me demande pas ça ! Tu ne pourras plus revenir parmi nous ! Le 0 absolu provoquera une mort sans retour !
-Je préfère mourir que de laisser Hadès revenir sur terre et dans les cieux pour faire du mal à vous et à la Terre.
-Shun, écoute-moi, appela la princesse Saori. Qu’importe qu’Hadès revienne, nous l’avons vaincu une fois, nous pourrons donc recommencer. Mais je sais et comprend ce que tu peux ressentir de cette possession.

La douce déesse posa ça main sur le front de son chevalier et intensifia son cosmos. Par l’intermédiaire de Shun elle essayait d’atteindre Hadès lui-même. Elle fini par y parvenir :

-Que me veux-tu Athéna ?
-Mon oncle, je t’en prit libère Shun.
-Pourquoi le libèrerai-je ? Il est mon corps mortel et sa lutte est vaine.
-Tu va finir par le tuer !
-C’est possible… Il y a des chances pour qu’il meurt, mais je penserai plutôt que je réussirai à reprendre possession de lui.
-Je t’en pris laisse-le !
-Non c’est ma décision et tu ne m’en détournera pas…
-Hadès !

Le dieu sombre était repartit. Des larmes coulèrent sur le visage d’Athéna. Ayant servit d’intermédiaire, Shun avait tout entendu et suivit. Il comprenait donc les larmes d’Athéna. Même sans avoir entendu ces paroles il aurait su qu’il avait peu de chance d’échapper à Hadès. Le chevalier d’Andromède se leva alors, tant bien que mal. Il se dressa devant ses ami, le plus droit possible. Il leur adressa une sourire plein d’amitié :

-Hyoga, Shiryu, continuaient de faire honneur à vos maître en protégeant Athéna. Je suis sûr que vous seraient de nouveau réuni sur terre. J’ai était heureux et fier d’être votre compagnon.

Il posa ses mains sur leur épaules :

-Tu as était un allié précieux Shun. Compte sur nous pour nous battre contre Hadès jusqu’au bout.

Ils se sourirent, puis Andromède se tourna vers son frère. Un long moment passa sans qu’ils ne dirent mot. Ils n’en avaient pas besoin. Pendant ce temps, le cosmos de Shun avait peu à peu diminué et son corps tremblait. Puis il se tourna vers Athéna et s’agenouilla devant elle :

-Ce fut un honneur de vous servir princesse.
-Ce fut un plaisir et une fierté de t’avoir pour chevalier. Ne t’en fait pas, nous te sauverons encore.

Shun se releva puis s’écarta. Il s’arrêta à quelques mètres d’eux puis son cosmos s’éteint. Quelques minutes plus tard Shun n’eu plus aucune réaction. Soudain, il se mit à rire bien haut, mais ça voix n’était pas la sienne. S’en suivit l’émanation d’un cosmos étonnamment puissant venant de Shun. Un cosmos sombre, d’une puissance incommensurable, et l’armure brillait de sombre reflet. Il se tourna vers la déesse et ses chevaliers :

-Ne t’avais-je pas dis que j’y parviendrai ? Mais je dois avouer qu’il m’a offert plus de résistant que je ne le pensait.
-Enfoiré ! Hurla Ikki en se jetant sur le dieu réincarné.

Hadès tendit la main et Ikki fut violemment repoussé. Hadès ria de nouveau :

-Hahaha ! Crois-tu vraiment que tu est capable de quelque chose contre moi ? Votre victoire fut du à la chance. Je dispose de la puissance de Shun, combiné à la mienne ma puissance et incalculable. Vous ne pouvez rien pauvre mortel ! Athéna, il est temps de laisser tes chevalier ici et de rejoindre notre famille.

Athéna ne pouvait rien faire, pas sans son armure, elle fut contrainte de lui obéir. Ainsi, les larmes coulant sur son visage, la tête basse, elle suivit son oncle jusqu’au passage. Hadès la passa et Athéna regarda une dernière fois ses chevaliers. Lorsque le portail se refermera complètement, ils deviendront comme leur ami Seiya, une âme en peine errante. Elle passa enfin le portail et fut légèrement ébloui de la clarté des lieux par rapport à la pénombre du paradis maudit. Zeus avait déjà accueil son frère réincarné, ils se tenait côte à côte. Abel paraissait indiferant à se présence, s’inquiétant plutôt des larme de sa très cher sœur.

-Ce n’est rien grand frère, une tristesse passagère…

Mais Abel pouvait lire son cœur. Il sut donc pourquoi ces larmes : elles étaient pour ses chevaliers perdu, et Shun prisonnier d’Hadès. Cela ne fit qu’envenimer ses sentiment envers le dieu des enfers.

-Allons, rentrons dans des lieux plus paisibles. Proposa Zeus.

Ils se transportèrent donc jusqu’au salon des dieux.

________________________
Pfiou, j'au cru que j'allait être condamné à tout réécrir, mon portable ne voulait plus s'allumer ou reconnaitre ma clef. Sinon, j'ai écris tout ça en une fois! *fière* Et comme vous l'aurez compris au début, j'ai pleuré en écrivant la nouvelle possession de Shun :p Je suis trop sensible moua Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kamus
Chevalier d'Or du Verseau Fondateur super beau goss
Chevalier d'Or du Verseau Fondateur super beau goss
avatar

Nombre de messages : 847
Signe du Zodiaque : Verseau... Le plus beau quoi ;)
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: [fanfic] Le défi des dieux   Lun 29 Aoû 2005 - 18:11

toujours aussi bien
vivement la suite :D
tu es pleine de talent Wink

_________________


So as I pray... unlimited blade works !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
battosai
Chevalier D'argent
avatar

Nombre de messages : 98
Signe du Zodiaque : libra: je suis la justice
Date d'inscription : 05/07/2005

MessageSujet: Re: [fanfic] Le défi des dieux   Lun 29 Aoû 2005 - 18:25

CA cest le talent bravo bele suis epater par les person com toi ce qui ecrive ou qui dessine moi ca me ... enfin voila jen reste bouche bée cartonnes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Belerianne
Guerrier Celeste
avatar

Nombre de messages : 302
Signe du Zodiaque : Scorpion ascendant Capricorne
Date d'inscription : 25/06/2005

MessageSujet: Re: [fanfic] Le défi des dieux   Lun 17 Oct 2005 - 14:35

Le salon était grand, et il semblait être à ciel ouvert. En faite, il ressemblait plus à une cours extérieur qu’à un salon. Des bancs de marbre blancs étaient installé en cercle un peu partout dans cet espace. Il y avait des arbres aux fruits magnifiques, des fleurs aux odeurs et aux couleurs enchanteresse. Une imposant fontaine était placé au centre de cet espace. On avait l’impression que l’eau, aussi pur et claire que le cristal, chantait au rythme ou elle s’écoulait. Ce décor était merveilleux ! Apaisant et calme, ce spectacle aurait pour calmer l’homme le plus furieux du monde.
Mais Athéna, elle, restait implacablement triste et Abel s’en souciait. De toute les personnes faisant partie de sa famille, Athéna était de loin la personne à qui il tenait le plus. Alors que Zeus et son frère s’installait sur l’un des bancs, Abel conduisit sa sœur au banc le plus éloigné du leur.
Au bout de quelques instants Abel finit par faire apparaître sa lyre, puis il commença à en jouer. Le morceau était lent, mélancolique… Athéna finit par le regard vers lui. Il avait fermé les yeux pendant qu’il jouait. Puis le morceau devint peu à peu plus doux, remplit d’espérance. Athéna ne put s’empêcher de sourire d’un si beau morceau. Elle déposa alors sa tête sur l’épaule de son frère, ce qui lui fit ouvrit les yeux et tourner le regard vers elle. Il termina son morceau puis posa sa lyre à ses côtés pour prendre les mains de sa très chère petite sœur.


-Ne t’inquiète pas pour tes chevaliers. Tu pourras aller les voir autant de fois que tu voudras. Quant à notre oncle qui à pris le corps d’Andromède, bien qu’on ne peux pas dire que je l’aimai, je ne pardonnerai pas Hadès de lui avoir fait ça. Je suis avec toi petite sœur.

Athéna soupçonnait Abel d’avoir lu son projet en elle. Mais s’il était tout de même de son côté, alors cela la rassurait. Soudain, Morphée entra dans le salon. Quel ne fut pas sa surprise de voir Shun aux côtés de Zeus. Mais, ce n’était pas Shun ? Non :

-Hadès !

Le clame endormis du dieu des rêves se transforma en une colère contenu. Comment l’homme qui avait fait temps souffrire au moins deux de ses se semblable. Le corps de Shun l’observa avec indifférence avant de reportait son attention sur son frère. Morphée tourna les talons pour se diriger vers Athéna.

-Athéna, je suis heureux de te voir enfin parmi les tiens.
-J’en suis tout aussi heureuse Morphée.

Il se sourirent, faisant comme s’ils ne s’étaient pas vu avant cet instant.
Soudain, Hadès s’approcha de sa nièce.


-J’ai à te parler en privé ma nièce.
-Si vous le voulez mon oncle.

Athéna suivit alors son oncle, sous l’œil suspectant de Morphée et Abel. Lorsqu’un dieu demandée à voir l’un de ses père en privé, il fallait respecter cette décision. Hadès conduisit donc la jeune déesse jusqu’à un endroit calme et sans passage. Toujours en lui tournant le dos, Hadès se mit à rire.

-Ton chevalier est vraiment drôle. Désespérant mais drôle. J’ai gagné mon combat contre lui pour posséder son corps, mais il continu toujours de se débattre comme un beau diable.

Hadès ria de sa plaisanterie faite presque inconsciemment. Quant à Athéna elle avait froncé les sourcil. Non seulement elle avait perdue ses chevaliers, mais en plus il venait la torturai en lui parlant de combat d’Andromède contre lui.

-M’as tu demandés de venir uniquement pour me parler des souffrance de mes chevaliers ? Et particulièrement du supplice que tu fais subir au chevalier d’Andromède ?
-Non… Bien que cela m’amuse. Tu sais ma nièce, le chevalier Andromède à beau être le plus pur et le plus naïf de tes chevaliers, il n’en demeure pas moins un adversaire de taille. Si toutefois, comme maintenant, il se décidait à combattre. Mais il reste très drôle dans les deux cas…
-Hadès ! Tait-toi !
-Calme-toi Athéna, je viens où je voulais en venir. Je souhaitais juste te signaler que j’étais au courant pour ton projet.
-Comment ?!
-Oui, enfin en partie… Il réussit encor à me cacher l’essentiel, ce qui est fort surprenant de sa part. Je sais simplement que tu voudrais faire sortir du paradis des héros déchus, les chevaliers damnés par mon frère . Mais comment comptes-tu t’y prendre ? Je n’en sais rien. Et je pense qu’Andromède ne le sait même pas lui-même, car toi non plus tu ne sais pas.

Athéna restait figée. Hadès avait découvert ses intentions. Comment pourrait-elle faire à présent ? Hadès se tourna juste assez pour regarder sa nièce.

-Je n’en ai rien dit à mon frère. Après tout, comment pourrais-tu conduire tant d’âme errant hors du Ciel ? C’est impossible, tout le Royaume Céleste le saurait très vite ! Trop vite même, pour que tu puisses passé plus que le portail !

Le regarde de Shun, ou plutôt Hadès, était froid, mais un sourire amusé contrastait avec l’expression de ses yeux. Cependant, Athéna pouvait ressentir le combat que Shun livrait encore avec Hadès.

« Shun… Courage… »

Soudain, une déesse arriva vers eux. La beauté de cette dernière était indiscutable. Ses cheveux mauves s’arrêtaient en haut de ses fines chevilles. Sur sa robe blanche était brodé des épis de blé d’or. Sur sa tête était posé une couronne de fleur aux multiples couleurs. Le regard d’azur de la nouvelle déesse fixait le corps mortel d’Hadès. Elle fut surprise de voir Athéna parmi eux, et de voir l’un de ses chevaliers en face d’elle. Mais en faisant plus attention, elle reconnu l’aura du dieu des enfers. Athéna salua sa semblable tout en lui faisant une révérence :

-C’est un plaisir de te revoir ma tante.
-Je suis également heureuse de te revoir Athéna.
-Hadès, tu dois des explications à ma fille au sujet de tes derniers actes…
-J’y vais de ce pas les lieu fournir. Déméter… Athéna…

Il salua les deux déesse puis se retira pour aller quérir sa femme, Perséphone. Déméter se tourna alors vers sa semblable :

-Il est inattendu de te voir ici Athéna.
-Je suis venu accompagner mes chevalier aux paradis des héros déchu.

En un éclaire, une expression de colère passa sur le visage calme de la déesse qui surveille les cultures.

-Comment as-tu pu leurs faire ça ! Tu me déçois Athéna ! Livrer tes de si noble chevalier à ce lieu damné ! Je n’aurais jamais cru que tu pouvais leur faire ça.

Déméter se frotta le front en ce calmant.

-Pardonne-moi… C’est juste que nous sommes partagé aux sujet des hommes et de ce qu’on accomplie tes chevaliers. Certain estime qu’ils ont accomplie de grande chose et que le genre humain à le droit à une autre chance. D’autre, comme ton père, pense qu’ils faut annihiler les Hommes pour pouvoir sauver la Terre du danger qu’elle encoure. Je fait partie de ceux qui tiennent tes chevaliers dans leur estime, avec notamment Morphée. Perséphone aussi n’apprécie guère les actions d’Hadès envers les chevaliers. Elle n’est pas d’accord en l’attitude des Hommes, mais veux protéger la Terre sans détruire la race des Hommes.

Déméter paru las, cachant son visage de sa main droite. Athéna avait écouté sa sembla avec attention. Elle était rassurée d’avoir appris cette nouvelle. Athéna vérifia s’il n’y avait aucune présence à proximité, avant d’avouer à son interlocutrice :

-Si je suis venue ici, c’est parce que Morphée m’a prévenu du lieux où ont était envoyé mes protecteur. Ne l’ayant pas supporté, je suis venu dans l’espoir de trouver un moyen de les en libérer.

Déméter fut surprise de cette nouvelle, soulagée et surprise. Elle réfléchie un instant :

-Si tel sont tes attention, alors je pense que tu trouveras quelques alliés pour ton projet. Je suis également de ton côté. Mais je pense que la tâche ne sera pas si aisé. Des combats seront sûrement nécessaire.
-J’ai déjà vu tant de combat, j’aimerai en éviter d’autre. En ramenant les chevaliers à la vie, je désir seulement qu’ils aient enfin une vie paisible.
-Oui, ils le méritent. Mais il faudra aller à l’encontre des souhaits de ton père ! Le convaincre me paraît impossible. Il était fou de rage lorsque tu as vaincu ses frères avec les chevaliers. Tout le Royaume Céleste l’a ressentit. Difficile aujourd’hui de ne pas connaître sa rancœur envers les chevaliers d’ors et particulièrement de bronzes. De plus, Zeus est furieux du sentiment que tu partage avec le chevalier pégase.
-Seiya…

Déméter pu voir les larmes monter aux yeux d’Athéna avant qu’elle ne cache son visage entre ses mains. Elle pleurait et la pluie commença à tomber sur la terre. Déméter se rapprocha alors pour la consoler. Athéna désirai seulement que ses chevaliers puisse enfin connaître la paix. Elle-même, il fallait l’avouer, désirai vivre près de Seiya pour le protéger.

-Allons allons… Nous allons t’aider, ne t’inquiète pas. Mais pour cela, nos armures divines devrons resurgirent. Héphaïstos devra réparer la tienne si tu mets ton projet à exécution. Viens, dés ce soir nous demanderons à Morphée de prévenir ceux qui sont pleinement de notre côté pour ce combat.
-Merci Déméter.

Les deux déesses se sourirent, le visage d’Athéna couvert de larmes qu’elle sécha d’un revers de main. Athéna et Déméter se dirigèrent alors jusqu’au lieu où résidait Morphée.
Pendant ce temps, Abel avaient parlé avec Zeus au sujet d’Athéna, tout deux heureux de la revoir, l’un comme un père, l’autre comme un soupirant. Tout deux s’inquiétaient de sa tristesse.


-Elle sait que le chevalier Andromède se débat toujours pour reprendre le contrôle de son corps. Fit remarquer Abel. Mais Hadès ne le laissera pas reprendre son corps. Athéna ne le support pas, elle aime trop ses chevaliers pour le savoir dans cette situation. Père, ne pouvez-vous rien faire ?
-Non, mon frère est très têtu. Il pourrait reprendre son corps divin, mais savoir l’un des chevaliers de ma fille en son pouvoir lui fait trop plaisir. Il ne laissera pas ce chevalier en paix tant qu’il l’amusera, et ça risque de durer longtemps.
-Mais comment pouvez-vous le laisser faire souffrir votre fille ainsi ? Vous être notre supérieur, et bien quêtant votre frère, Hadès ne vous doit-il pas le respect ?
-Si, il le doit. Mais comme je te l’ai dit, il est très obstiné. Un combat entre nous deux serai presque inévitable si je lui demander de libérer ce corps. Je suis certes très puissant, mais je n’ai pas un totale pouvoir sur les âmes comme il le possède. Pour libérer Andromède de la possession de mon frère, il faudrait que je tue son corps. Athéna ne le supporterai pas non plus si je le faisais.

Pendant toute leur discussion, Zeus avait gardé un visage impassible, indifférent, mais ce n’était pas pour autant qu’il ne s’inquiétait pas pour sa fille. Abel ferma les yeux en baissant la tête, comme las.

-Toute cette souffrance que je perçoit en elle… C’est à peine si elle ne pourrait pas me la transmettre. Et pourtant, elle possède tant d’espoir. Athéna est vraiment une déesse des plus douce, vous devrez être fier d’elle n’est-ce pas ?
-Oui, c’est vrai. Il est rare de voir une déesse si aimante et protectrice, si compatissante… Il est vrai que je suis fier d’elle, même si je n’ai guère apprécié les actes qu’elle a pu conduire.

Abel replongea dans ses pensées, repensant justement au temps où il avait du combattre les chevaliers de bronzes. Le moment où Seiya avait réussit à le tuer avec le cosmos de ses amis lui fut dur à admettre. Il ne les pardonnerai pas pour ce geste, mais s’il devait oublier sa rancœur pour voir Athéna heureuse, alors il l’oublierai. Soudain, Zeus se leva, avança de quelque pas et parla, sans se retourner vers son fils :

-Je n’aime pas voir Athéna souffrir ainsi, mais je ne libérait pas pour autant ses chevaliers.
-Mais le chevalier de la vierge n’a-t-il pas échappé à votre malédiction et votre jugement ?
-Si, car il n’était pas, et ne sera jamais, de mon droit de le juger. Il a servit ma fille comme il le devait. Je n’ai donc aucun droit sur lui. Et même si j’avais eu à le juger, je ne crois pas que je l’aurai maudit…
-Pourquoi donc ?
-Il savait voir la vérité, et en aucun cas il n’a participé aux investigations des chevaliers de bronzes. Lorsqu’ils durent s’assembler contre mon frère Hadès, le chevalier d’or de la vierge n’a fait que son devoir. Il a transmît le moyen à Athéna de pouvoir aller et revenir des enfers…
-L’arayashiki…
-Oui. Il n’a fait que lui rappeler ce moyen, avant de se laisser mourir. La seule chose que je puisse lui reprocher est d’avoir incité les anciens chevaliers d’ors envoyés par Hadès à utiliser l’attaque banni par Athéna. Je peux le lui pardonner aussi car c’était le seul moyen pour lui d’être vaincu… L’homme le plus proche de dieu…

Abel resta admiratif devant la puissance et la sagesse de ce chevalier. Il resta un instant plongé dans ses pensée. Zeus commençait à partir lorsque son fils intervint :

-Athéna ne pourrait-elle pas revoir ce chevalier ? Ne peut-on pas l’inviter au Royaume Céleste ? Elle serait sûrement heureuse de le revoir.
-En effet, c’est possible. Il se trouve dans l’Eden.
-C’est vous qui lui avait offert cette hommage ?
-C’est exacte… C’est un digne chevalier. Capable de revenir des enfers où il envoyait ses adversaire. L’Eden était le moins que je puisse lui offrire.
-Vous avez beaucoup d’estime pour lui…
-C’est exacte.
-Puis-je allez le quérir pour le mener à Athéna ?
-Bien sûr. J’espère que cela rendra le sourire à notre précieuse Athéna.
-J’y vais de ce pas.

Abel avait à peine fini sa phrase qu’il c’était levé et que Zeus se retirait. Quand à Abel, il partit en direction de l’Eden.

Fin de la 3éme partie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Belerianne
Guerrier Celeste
avatar

Nombre de messages : 302
Signe du Zodiaque : Scorpion ascendant Capricorne
Date d'inscription : 25/06/2005

MessageSujet: Re: [fanfic] Le défi des dieux   Lun 17 Oct 2005 - 14:35

4éme partie : L’honneur et la fidélité des chevaliers

Abel était entré dans l’Eden. Malgré qu’il était déjà venu en ces lieux, il ne pouvait s’empêcher d’admirer le paysage. Cette immense jardin était d’une beauté indéfinissable, indescriptible, voir irréel. Abel s’attarda un instant sur la magnificence du jardin, puis parti à la recherche du chevalier d’or de la vierge. Plusieurs personnes erraient dans ce lieu de paradis. Abel chercha alors du regard l’homme dont Zeus avait imposé l’image dans son esprit pour pouvoir le retrouver.
C’est alors qu’il le trouva, assit en train de médité sous un arbre. Abel s’approcha, faisant se lever défunt chevalier. Il était vêtu d’une simple toge pourpre. Le chevalier d’or se leva, saluant le nouvel arrivant, ses yeux éternellement fermé.


-Votre cosmos me dit que vous êtes un dieu n’est-ce pas ? Que me vaux cet honneur ?
-Je suis Abel, fils de Zeus… Vous êtes bien le chevaliers d’or de la vierge ?
-Shaka, ancien chevalier d’or de la vierge et défunt gardien de la sixième maison du sanctuaire.
-Je suis ravis de vous avoir trouvé, mais je ne viens pas pour une simple visite de courtoisie. J’aimerai vous mener au Royaume Céleste. Pour voir Athéna.
-Athéna ? Elle n’est pas revenue des Enfers en vie ?
-Si, ne vous inquiétez pas pour ça… Elle est simplement revenue parmi les siens, enfermant selon la volonté de son père, les chevalier de bronzes.

Shaka parut très surpris de cette nouvelle, mais il se reprit très vite, redevenant impassible.

-Si tel est votre raison d’être venu, alors conduisez-moi à Athéna.

Abel se retourna, puis Shaka le suivit jusqu’au Royaume Céleste. Shaka n’avait toujours pas ouvert les yeux lorsqu’ils arrivèrent au lieu dit. Abel lui demanda de patienter, puis partit chercher Athéna. Quelques minutes passèrent avant qu’une personne seule entre de nouveau dans la pièce :

-Shaka !
-Athéna.

Pour la première fois depuis l’arrivé d’Abel, Shaka ouvrit les yeux pour observer celle qu’il avait du protéger. La déesse s’approchait d’un pas vif de son chevalier. Son sourire était emprunt d’un franc soulagement, et ses yeux aussi. Shaka ne pu s’empêcher de sourire à son tour. Il eu même le réflexe de s’incliner face à elle.

-C’est un plaisir de vous revoir Athéna.
-Te revoir si serein de fait également très plaisir.

Le soulagement et la joie de la déesse était indiscutable. Au moins un de ses chevaliers avait échappé à la malédiction de Zeus. Shaka était également heureux de savoir sa déesse ressortit sans dommage des Enfers. Mais ses sens lui disaient qu’elle était troublée, et même triste, au font d’elle.

-Athéna, votre frère Abel m’a prévenu que vous aviez conduit les chevaliers de bronzes au Paradis des Héros déchu. Est-ce vrai ?

Le sourire de la déesse disparut en même temps que celui du chevalier de la vierge. Etant dans le « salon », ils s’assirent sur un banc. Shaka ferma les yeux et Athéna baissa la tête avant de répondre :

-Oui, c’est vrai… J’y ai même vu Seiya, tout les autres chevalier d’or, les chevaliers d’Asgarde et tout les autres chevaliers que nous avons combattue ou des chevaliers des anciens temps… Cependant, Shun n’est pas resté là-bas…
-Pourquoi ?
-Hadès à de nouveau prit possession de son corps.

A nouveau, Athéna s’enfouit le visage ses mains, cachant en même temps ses larmes.

-Seiya… Tous… Je n’aurais pas du les faire combattre…
-Athéna… Je comprend votre peine, mais rappelez-vous : Saga, Shura et Camus étaient revenu au sanctuaire en arborant les couleurs d’Hadès. Pourtant ils étaient venu pour vous protéger… Combien de fois les chevaliers de bronze vous ont-ils sauvé la vie de leur propre gré ? Cela ne suffit il pas à vous faire comprendre qu’ils ont prit leur propre décisions ?
-Oui, je sais. Ils ont combattue pour moi, mais avant tout pour eux et leurs idées. Mais je ne peux m’empêcher de me sentir coupable. Vous étiez tous des chevaliers si noble et valeureux. Je ne comprend pas que mon père ai pu les maudire en les envoyant là-bas… Et pourquoi toi, Shaka, as-tu pu échappé à sa malédiction… Ce n’est pas que je voudrez que tu y sois aussi ! C’est juste que je ne comprend pas…

Athéna avait retiré ses mains, et des larmes continuaient de perler sur ses joues. Savoir de si valeureux et nobles combattants, surtout Seiya, enfermer là-bas lui déchirait le cœur. Il pleuvait sur terre, comme à chaque fois qu’un dieu pleurait. Shaka tourna la tête vers sa déesse, il ne savait pas trop quoi répondre ou faire. Soudain, une voix calme et posé retentit :

-C’est très simple ma fille. Le chevalier d’or de la vierge n’a rien fait que son devoir en voyant la vérité. De plus, il est, et je pense le restera, l’homme le plus proche de dieu. Il n’est donc pas de mon droit de le juger. Il est de mon devoir de le considérer comme un égale.

Athéna avait tourné la tête vers son père, lui lançant un regard surpris. Quand à Shaka, il c’était levé à l’approche du dieu des dieux. Zeus était à présent face au chevalier, le visage impassible. Shaka s’inclina par respect alors que Zeus fit un simple signe de tête pour le saluer. Zeus regarda sa fille alors que Shaka se rasseyait.

-Ce chevalier à eu l’insigne honneur de demeurer dans l’Eden.
-J’en suis très heureuse. Mais pourquoi uniquement Shaka, et non pas aussi Dohko et Shion ? Le chevalier de la balance fut l’un de mes plus fidèle et ancien protecteur. Il n’a fait que son devoir, il n’a jamais participé aux combats de mes chevaliers de bronze ! Et Shion m’a protéger jusque dans la mort ! Il y a aussi Aioros, qui m’a sauvé la vie lorsque j’étais encore qu’un bébé. Il est mort pour que je puisse vivre et protéger la terre ! Pourquoi cette malédiction père ? Pourquoi !

Athéna avait laissé la tristesse prendre sur elle. Cherchant et suppliant son père pour avoir une réponse. Pour savoir pourquoi il avait agis ainsi. Elle ne pleurait plus, son désir de savoir étant plus fort que sa détresse. La déesse de la guerre c’était levé pour faire face à son père. Elle s’étonna par ailleurs de voir qu’il avait perdu son masque d’impassibilité. Il était troublé, voir choqué par l’attitude de sa fille. Il ne supportait pas de la voir ainsi. Il n’osa affronter son regard lorsqu’il répondit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [fanfic] Le défi des dieux   

Revenir en haut Aller en bas
 
[fanfic] Le défi des dieux
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Castlevania: amis pour la vie [fanfic]
» Les Dieux du Chaos comme vous ne les avez jamais vu.
» Ma toute première fanfic, victime : Dn Angel
» [FanFic] Le Garçon étoilé
» paradise chapter fanfic

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Autre :: Gallerie des Oeuvres d'art-
Sauter vers: